Les Célestins accueillent ce printemps Le Pays lointain, dernière pièce de Jean-Luc Lagarce, dans une mise en scène de Clément Hervieu-Léger.

Le Pays Lointain mise en scène Clément Hervieu-Léger Jean-Luc Lagarce crédit Jean-Louis FernandezLorsque Jean-Luc Lagarce meurt du sida en 1995, son œuvre d’auteur n’est pas encore reconnue, bien qu’il se soit fait un nom dans le milieu du théâtre par son travail de metteur en scène. Ses pièces s’imposent néanmoins par la suite grâce à la conviction de ses proches et notamment de François Berreur, avec lequel il a fondé la maison d’éditions Les Solitaires intempestifs, référence aujourd’hui en matière de textes dramatiques, auxquelles a paru l’intégralité de l’œuvre de Lagarce. Pour François Berreur, son ami défunt avait ce génie, «à travers une histoire particulière, de raconter toutes les histoires». Et c’est effectivement ce qui frappe dans ses pièces. Le thème narratif paraît a priori trivial, les personnages sans épaisseur dramatique, et pourtant, quelque chose d’universel surgit. Ce tour de passe-passe est rendu possible par la langue de Lagarce, inédite, «très concrète mais pas naturaliste», confirme François Berreur. En effet, bien que fluides à la lecture, les mots sont pensés pour l’oralité, mais celle de la scène, pas celle de la rue. La langue montre en permanence son masque du doigt : on parle comme dans la vraie vie mais on sait bien que c’est «pour de faux». Les personnages, dans plusieurs pièces, cherchent d’ailleurs le bon mot, corrigent la syntaxe de leurs phrases. On pourrait croire qu’ils hésitent ; ce sont en fait autant de petites crises entre le réel et la fiction qui se jouent. Ce travail sur la langue sera visible à l’œuvre dans la mise en scène proposée par Clément Hervieu-Léger de la dernière pièce de Lagarce, Le Pays Lointain, parue en 1995 et reprenant le motif du fils venu annoncer sa mort à ses proches, motif développé dans Juste la fin du monde.

Le Pays Lointain Jean-Luc Lagarce Clément Hervieu-Léger crédit Jean-Louis Fernandez

 

Du 24 au 28 avril aux Célestins, 4 rue Charles Dullin-Lyon 2 / 04.72.77.40.00
www.theatredescelestins.com

 

Photos © Jean-Louis Fernandez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *