L’été est à nos portes – ou, du moins, ne devrait plus tarder – et il est temps de faire le tri dans votre carnet d’adresses et de vérifier si vos ami·es sont «piscinables». Par ce terme barbare, on entend ami·es ayant une piscine ou ayant accès à une piscine.

Pour ce faire, tous les moyens sont permis : on ausculte les stories et les posts Instagram, on épluche les historiques Facebook et on tend l’oreille pendant les apéros. Attention aux erreurs de débutant·es : une piscine à Tassin-la-Demi-Lune ou à Saint-Ismier, ce n’est pas la même chose qu’une piscine à Brégnier ou à Saint-Georges d’Orques (dégainez Google Map, c’est fait pour ça !). Une fois vos contacts piscinables classés par zone géographique et type de bassins (une piscine semi-enterrée ne peut rivaliser face à un large perpendiculaire carrelé avec soin), vous saurez vers qui porter votre attention et qui peut être délaissé·e jusqu’à la rentrée.

 

Illustration : A Bigger Splash (1967) de David Hockney

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.