Le deuxième tome de L’Essentiel des gouines à suivre de l’Américaine Alison Bechdel vient enfin d’être publié en français par la maison d’édition Même pas mal. Un ouvrage qui tient ses promesses

En France, on connaît surtout la dessinatrice américaine Alison Bechdel pour son bouleversant roman (autobio)graphique Fun Home (2006), dans lequel elle tentait de percer le mystère de son père disparu et secrètement gay. C’est une autre facette de son travail que l’on découvre avec ces Gouines à suivre (Dykes To Watch Out For en version originale), recueil de strips en noir et blanc d’une page parus dans divers journaux gays et lesbiens entre 1983 et 2008.

Deux ans après un premier volume couvrant la décennie 1988-1998, les éditions indépendantes et associatives Même pas mal ont publié fin août le second tome de L’Essentiel des gouines à suivre. On y retrouve, avec toujours autant de jubilation, la vie et les péripéties de Mo (alter ego de l’autrice) et de ses copines et/ou amantes Sydney, Clarisse, Ginger, Lois, Harriet…

 

Une ébauche des diverses luttes LGBT américaines

Sans forcément chercher le gag à tout prix ou la chute qui tue, chaque planche se lit comme l’épisode d’un feuilleton qui court sur un quart de siècle et qui permet de revisiter l’évolution des droits LGBT (mais aussi, plus globalement, du paysage politique) aux États-Unis durant la période contemporaine. Car les héroïnes de Bechdel (et surtout Mo, éternelle angoissée dont le journal favori s’intitule ironiquement The Daily Distress) sont des féministes engagées et radicales, impliquées dans tous les mouvements d’émancipation antisexistes, anti-homophobie, anti-guerre, anticapitalistes…

À travers leurs luttes, c’est donc tout un pan de l’histoire récente américaine, vu par des regards minoritaires croisés (ceux des femmes, des lesbiennes, des Africaines-Américaines, des personnes vivant avec un handicap…), qui défile sous nos yeux. Un glossaire en fin d’ouvrage permet d’ailleurs d’expliciter les références culturelles et politiques qui peuvent échapper au lectorat français. En usant d’un style graphique très détaillé et en alliant convictions et humour, Bechdel est ainsi parvenue à créer une œuvre qui s’impose déjà comme un classique de la culture lesbienne et dont l’actualité ne cesse de surprendre, tant certaines interrogations qui taraudaient Mo et ses copines dans les années 80 semblent toujours être les nôtres. 

 

Gouines à suivreL’Essentiel des gouines à suivre, 1998-2008 d’Alison Bechdel (éditions Même pas mal) 

 

 

 

 

 

 

 

© Alison Bechdel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.