Du grunge très blues suivi d’une pop très chic. Deux genres, deux jours et deux artistes majeures seront sur la scène du Périscope en novembre : Scout Niblett et My Brightest Diamond. 

 

Le Périscope, scène autoproclamée de musiques innovantes, sort sa lorgnette et fixe son radar sur le rock et la pop. Ce n’est pas la première fois que la salle de concert de la rue Delandine nous fait le coup de délaisser ses marottes jazzy pour devenir, sur deux soirées, plus électrique et moins savante. Si la discrète scène lyonnaise créée en 2007 peut ressembler de loin à un laboratoire de musiques expérimentales un peu geek, elle sait aussi laisser la part belle à des énergies plus directes et rock n’roll – on se souvient notamment du fracassant concert de Schlaasss en 2016. Cet automne, pas d’énergumènes de ce type, mais le Périscope accueille l’Anglaise Scout Niblett qui, mieux que personne, fait ressurgir le blues, souvent juste vrombissant, de la musique grunge. Son dernier album, It’s Up to Emma (2013), avec pour thème central le délitement amoureux, nous avait mis dans tous nos états : larmes, tristesse, désir, colère, quiétude et inquiétude. On peut bien sûr entendre du Kurt, sa clique ou sa femme sur beaucoup de titres. Mais l’Anglaise exilée à Portland va plus loin en se révélant beaucoup plus tranchante et audacieuse que la bande de Cobain. Scout Niblett est plus minimaliste, sur le fil, criarde, arythmique et tente mille et une propositions musicales qui feraient passer Nirvana pour un groupe de pop.  

 

Shine bright like a diamond 

La pop, il en sera question le lendemain, sur la même scène. L’adjectif pop est bien sûr extrêmement réducteur pour qualifier le travail d’orfèvre mené par Shara Worden et son projet My Brightest Diamond. C’est pop, en opposition au rock de Scout. C’est pop, parce qu’on peut écouter ses bijoux d’albums n’importe quand, n’importe comment et les chanter nuit et jour. C’est pop car bien que ce soit une musique très écrite, elle n’en demeure pas moins très évidente, accessible à toutes et tous. Shara Worden est une grande copine du génie Sufjan Stevens et partage avec lui le goût du précieux et du soin extrême apporté aux compostions. Plutôt logique pour cette fille de musicien·nes, ancienne étudiante d’opéra et passionnée de musique contemporaine. Nantie de six albums, My Brightest Diamond a aujourd’hui une discographie très hybride, pop, rock, sophistiquée, soul, expérimentale. Dominique A a d’ailleurs complètement craqué pour l’artiste, l’invitant à se produire lors d’une carte blanche sur la scène de la Philharmonie de Paris. Ne manquant pas au passage de la qualifier de « plus belle voix nord-américaine ».  

 

Par où commencer ?  

Écoutez d’abord, un dimanche entre chien et loup, le morceau Kiss de Scout Niblett en duo avec Bonnie Prince Billy. Et puis laissez défiler l’album (This Fool Can Die Now) en entier. Et mourez. De chagrin et de beauté. Enchainez ensuite avec le très percussif et rythmique titre Pressure de My Brightest Diamond qui devrait vous redonner goût à la vie ! 

  

Scout Niblett, le 23 novembre et My Brightest Diamond, le 24 novembre au Périscope, 13 rue Delandine-Lyon 2  

04.78.38.89.29  

www.periscope-lyon.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.