Dominique Choisy signe avec Ma vie avec James Dean, son troisième long-métrage, une fantaisie queer au charme persistant. Lhistoire dun jeune et joli réalisateur qui sen va présenter son nouveau film au Tréport. Sauf que rien ne va se passer comme prévu : personne nest là pour laccueillir, la projection nest pas annoncée, et lamour dun projectionniste va le prendre au dépourvu alors quil sort dune douloureuse histoireCe ne sont que quelques-unes des pistes de cette délicieuse comédie douce amère, où tous les désirs se tricotent au fil dirrésistibles choisés-croisés

 

Je crois que le point de départ du drôle de titre de votre film, c’est une histoire que vous a racontée Johnny Rasse, l’acteur principal de Ma vie avec James Dean : qu’adolescent, il était surnommé le James Dean du Tréport. Mais vous, quel est votre rapport à James Dean ? Qu’est-ce qu’il vous inspire ? 

Ce n’est pas la façon dont James Dean joue qui m’intéresse, je n’ai pas demandé à Johnny Rasse une transposition de sa façon d’être ou de jouer. J’aime l’ambiguïté de James Dean. Il porte ça dans son corps. Il est toujours en train de vaciller, il ne semble jamais en équilibre, il tombe et ne s’effondre jamais là où on l’attendrait. Ces effondrements, pour moi, n’appartiennent pas au masculin. Comme on disait jadis, James Dean a des vapeurs… J’adore l’utilisation qui est faite de son corps dans les films. C’est rare au cinéma de proposer un corps aussi viril que le sien et d’en faire un corps aussi dévirilisé, aussi fragile. C’est ce qui parle depuis toujours aux midinettes qui ont toutes eu son poster dans leur chambre, et les homos sont les reines des midinettes !  

  

On sait que James Dean avait une sexualité assez fluide, comme on dirait aujourd’hui… Votre film joue aussi beaucoup sur ces désirs de tous ordres (gay, lesbien, hétéro…) qui ne cessent de se croiser… 

J’aime ces circulations improbables du désir, ces circulations hors normes, incongrues, du domaine du sexuel, mais pas forcément sexuées. Tout le monde peut atterrir là-dedans, s’y retrouver. Ce serait quelque chose comme une grande partouze du désir potentiel ! Cela m’ennuie quand on essaie de le typer, ce désir, de le genrer. C’est ce que le film essaie un peu de proposer. 

 

Cela en fait un film assez queer… 

C’est tellement binaire ce qu’on nous raconte en général, alors que tout est complexe. Être queer, c’est proposer quelque chose qui n’est pas banalisé, qui est minoritaire. Le film propose ça gentiment, une marge pas flamboyante, discrète, mais essentielle.  

 

ma vie avec james dean dominique choisyMa vie avec James Dean, de Dominique Choisy, avec Johnny Rasse, Mickaël Pélissier, Nathalie Richard… En salles le 23 janvier. 

 

© Charles Pietri

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.