On fêtera cette année les 50 ans de Stonewall. Mais ce nest pas le seul anniversaire important de notre histoire à s’être déroulé une année en 9. Deuxième volet dune série à travers laquelle, de mois en mois, Hétéroclite va se pencher sur le siècle passé…

 

Épisode 2 : 1929 

Vive la littérature ! 

Celebrations 1929 vive la littérature Radclyffe_Hall 
En cette fin de ce qu’on a appelé les Années folles, l’homosexualité est littéraire d’abord. Ce n’est pas tout à fait nouveau, mais paraissent là, dans un laps de temps extrêmement court, quelques textes devenus des classiques. En 1929, Marguerite Yourcenar publie en effet  son premier roman, Alexis ou le traité du vain combat, tandis que La Confusion des sentiments, de Stefan Zweig, est traduit en français et obtient un succès public stupéfiant. Moins célèbre, mais infiniment plus militant que ces deux textes aux désirs tourmentés, La Voix de la chair est un des premiers romans de l’historien révolutionnaire et homosexuel Daniel Guérin. Quelques mois plus tôt, fin 1928, la Grande-Bretagne a été secouée par le scandale entourant la parution puis l’interdiction pour obscénité du Puits de solitude, le roman lesbien de Radclyffe Hall, scandale qui se poursuit avec son édition américaine en 1929. 

Un coup pour rien

Il s’en est fallu de peu cette année-là pour que le Paragraphe 175 du code pénal allemand — cet article qui servira durant la guerre à déporter les homosexuels — disparaisse. Mis en place en 1871, il est beaucoup moins utilisé depuis la mise en place de la République de Weimar. Le Reischtag vote donc en 1929 son abolition. L’arrivée des nazis au pouvoir en 1933 rend caduc ce vote. On pouvait s’y attendre. En 1930, l’idéologue du parti, Roseberg, écrivait : « Nous félicitons Herr Kahl et Herr Hirschfeld de leur victoire, mais qu’ils soient prévenus que nous, Allemands, pas un seul jour, nous ne tolèrerions de telles lois si nous étions au pouvoir, les rapports sexuels avec les animaux, avec ses frères ou avec ses sœurs, ou avec des personnes de même sexe, toutes ces aberrations issues de l’âme juive et qui offensent même l’idée de la création divine, trouveront le châtiment qu’elles méritent, la corde ou l’interdiction de séjour » 

 

© Crédit photo de Marguerite Yourcenar – Robert Doisneau

Photo 2 : Radclyffe Hall, photographe inconnu 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.