Nous appelions de nos vœux dans l’édito du mois dernier à remettre en route le moteur du militantisme, en prenant notamment conscience des jeux de privilèges et de domination au sein même de la communauté LGBT afin de les dépasser.

Or, il nous semble que la consultation du compte Instagram @pracisées_vs_grindr est un point de départ pour une réflexion à mener sur l’attitude des hommes gays cis blancs (catégorie à laquelle l’auteur de ces lignes appartient) à l’encontre des personnes LGBT racisées. Le propriétaire de ce compte y recense en effet les nombreux messages de fétichisation reçus par des personnes racisées sur les applications de rencontre. Difficile, à la lecture de ces messages, de ne pas voir l’expression d’un racisme qui tente de se dissimuler sous le fallacieux prétexte de préférences sexuelles. Difficile, à la lecture de ces messages, de ne pas voir la filiation entre les fantasmes exprimés et notre passé colonial. Difficile, à la lecture de ces messages, de ne pas voir la violence avec laquelle les personnes racisées sont systématiquement renvoyées à des stéréotypes dont leur interlocuteur ne tolère pas qu’elles se débarrassent.  De tels agissements débordent largement le cadre d’un simple jeu de rôles librement consenti en cela qu’ils s’inscrivent dans un cadre historique systémique que l’on ne peut feindre d’ignorer. 

 

H141 une © sarah fouassier - privileges - raciseesEnrayer la machine

Il n’y a pas de fatalité à ce que les hommes gays cis blancs soient des prédateurs au sein de la communauté LGBT et reproduisent invariablement des systèmes de domination que l’on retrouve dans la société tout entière. Mais il est nécessaire, pour enrayer la machine, de prendre le temps de réfléchir à ces comportements et surtout d’entendre les remarques émises par les personnes de la communauté qui ressentent une oppression de notre part. Ça tombe bien, le Collectif Des Raciné·e·s organise ce mois-ci une table ronde sur la place des personnes racisées dans les luttes queers et la librairie Terre des Livres accueille Françoise Vergès pour son livre Un féminisme décolonial. Ne pas savoir n’est pas une excuse valable : faites l’effort de vous informer ! 

 

Retrouvez également  Hétéroclite tous les mercredis dans « Colère Saine » à 19h10 sur Nova Lyon (89.8 FM) et en ligne sur SoundCloud

 

© Sarah Fouassier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.