On fêtera cette année les 50 ans de Stonewall. Mais ce nest pas le seul anniversaire important de notre histoire à s’être déroulé une année en 9. Troisième volet d’une série à travers laquelle, de mois en mois, Hétéroclite se penche sur le siècle passé…  

Alors que la Seconde Guerre mondiale est déclarée cette année-là, la persécution et la déportation des homosexuels est déjà bien entamée en Allemagne, mais aussi dans les pays alliés du Reich, comme en Italie. Dès l’arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, les nombreuses associations homosexuelles sont dissoutes, les publications interdites, et l’Institut de Sexologie fondé par Magnus Hirschfeld saccagé, ses archives détruites. Au fil des années, les arrestations et condamnations au titre du paragraphe 175 du code pénal, qui punit les « relations sexuelles contre-nature », même entre adultes consentants, se multiplient, et cette loi (qui date de 1871) est bientôt renforcée, les peines aggravées. La propagande nazie prend le relais, accusant les homosexuels de comploter contre le Reich, et incitant à la délation… À partir de 1939, les condamnations et déportations se multiplient, dépassant les frontières de l’Allemagne pour s’étendre aux territoires annexés considérés comme allemands, en particulier l’Autriche et l’Alsace. Au total, plus de 50 000 hommes ont été condamnés pour homosexualité durant le régime nazi, près de 10 000 ont été envoyés en camps de concentration où ils ont dû porter l’infâmant Triangle rose qui les assignait aux travaux les plus durs, parfois soumis à des expériences de thérapies hormonales. Très peu nombreux furent ceux qui survécurent et purent témoigner, à l’instar de Pierre Seel, seul déporté pour homosexualité reconnu en France. Les pays alliés du Reich, telle l’Italie, persécutèrent aussi les homosexuels : en 1938-1939, plusieurs centaines d’entre eux furent regroupés et exilés dans de petites îles isolées, avant d’être internés. 

 

Pas d’homos à l’expo ! 
Alors que New York s’apprête cette année-là à accueillir les millions de visiteurs de l’Exposition universelle, la ville décide de faire le grand ménage et de fermer de manière préventive la plupart de ses bars gays… La peur sans doute de faire mauvais genre auprès des touristes… 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.