Cannes, ce ne sont pas seulement des stars de cinéma reconnues qui se drapent dans des robes de paillettes aux côtés de jeunes talents qui montent les marches du Palais du festival pour la première fois. C’est aussi un festival où se rencontrent des enjeux commerciaux, économiques, religieux et géopolitiques.

Dans cette pièce, Étienne Gaudillère veut montrer les interactions entre ces tensions extérieures et la sélection de films et artistes invités à Cannes entre 1939 et 1990. Plus précisément, il s’intéresse à l’importance du temps, à travers les mouvements de mode et les révolutions esthétiques dans le cinéma.

Du 22 au 24 mai 2019 à la Comédie de Saint-Étienne (42)

© La Dolce Vita 1959 – Fellini INTERFOTO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.