Présentée comme une expérience immersive et participative, le tout nouveau festival d’AFX, Parenthèse, s’inspire de l’univers de la fête foraine et invite de nombreux artistes, notamment des acteur·trices des nuits LGBT lyonnaises. 

AFX, l’agence de booking et de production installée à Lyon, était particulièrement connue du grand public jusqu’à présent pour le festival Riddim Collision organisé depuis 1998 dans la Capitale des Gaules. Après 20 ans de bons et loyaux services, l’équipe organisatrice a cependant émis le souhait de changer de concept. Exit donc Riddim (attention, ceci n’est pas du lorem ispum) et bienvenue à la première édition du Festival Parenthèse. Conçue sur trois jours, cette nouvelle manifestation culturelle va investir deux lieux?: le boulodrome du Clos des Canuts le vendredi 22 et le Transbordeur les samedi 23 et dimanche 24 novembre. Tirant son inspiration – toute proportion gardée  –  d’événements comme Burning Man ou Château Perché, le Festival Parenthèse est envisagé comme une expérience immersive et participative. Ainsi, AFX s’est associé au collectif nantais Sweatlodge, dont l’esthétique puise dans les origines de la fête foraine, pour concevoir la scénographie de l’événement et inviter les participant·es à venir costumé·e si bon leur semble.

À l’occasion du tournoi de boule lyonnaise du premier jour, des DJ locaux comme Franky Fruits, Kaxime ou encore Tom ATW auront pour mission de réunir un public intergénérationnel sur le dancefloor. Le samedi soir, les Naïve New Beaters occuperont la scène de la grande salle avec Ouais Stéphane. Dans l’espace club, outre les DJ sets de La Fraîcheur, de Léonie Pernet ou encore un B2B de Nofraje et CARL, le public retrouvera des actrices et acteurs des nuits LGBT et féministes lyonnaises. Ainsi, les membres engagées de Dynastits organiseront deux sessions de leurs désormais légendaires Disco-ventes aux enchères où il sera possible d’acquérir un fonds de vinyles de plus ou moins bon goût, de détruire les vestiges de la production musicale patriarcale tout en reversant l’argent récolté à l’association Règles Elémentaires. Et Dragones, collectif de drags lyonnaises, proposeront quant à elles un Burger Queen, sorte de Burger Quizz à la sauce queer. Enfin, l’artiste plasticienne Stéphanie Argentier, qui avait conçu le décor du char d’Hétéroclite et des Dragones lors de la dernière Marche des Fiertés, donnera à voir l’une de ses installations.  

Festival Parenthèse, du 22 au 24 novembre au boulodrome du Clos des Canuts, 133 boulevard de la Croix-Rousse-Lyon 4 et au Transbordeur, 3 boulevard de Stalingrad-Villeurbanne / www.festival-parenthese.fr 

© Maxime Roy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.