Alors que le confinement a été prolongé jusqu’au 15 avril et que le report ou l’annulation d’événements culturels, artistiques et militants se multiplient en raison de l’épidémie de Covid-19, l’association Grenoble Pride Festival a annoncé l’annulation de la Marche et de la Quinzaine des fiertés qui devaient se dérouler du 30 mai au 12 juin dans la préfecture de l’Isère.

Dès le 19 mars, avant même l’annonce du prolongement du confinement par le gouvernement jusqu’au 15 avril, qui semblait inéluctable, le Grenoble Pride Festival, l’association organisatrice de la Marche et de la Quinzaine des fiertés grenobloises, a fait part sur son compte Facebook de sa décision d’annuler les manifestations prévues du 30 mai au 12 juin.

Contacté par téléphone, Damien Duport-Besson, co-président du Grenoble Pride Festival, nous a expliqué que cette décision était évidemment motivée par la situation pandémique inédite que connait le pays. Il semblait en effet impensable pour le petit groupe de bénévoles de continuer à mettre sur pied un rassemblement de grande ampleur, alors même que l’issue du confinement est encore incertaine.

La Ville de Grenoble a néanmoins maintenue son aide financière et relativement peu de frais, majoritairement liés à la communication, avaient été engagés. Par ailleurs, l’association a fait le choix de rembourser intégralement les contributions versées par les partenaires, alors qu’un remboursement à hauteur de 50% seulement était prévu dans les contrats.

Espoirs et incertitudes pour la Marche lyonnaise

Dans le même temps, le Collectif Fiertés en lutte, nouveau nom de l’association organisatrice de la Marche et de la Quinzaine lyonnaises, dont les instances ont été totalement renouvelées en novembre dernier, continue de réfléchir à la forme à donner à la manifestation à Lyon. Si aucune date n’a encore été arrêtée, le collectif a néanmoins fait une demande pour la deuxième moitié de juin, pour une Marche qui devrait se dérouler sans la présence de char, mais en cortèges, avec notamment un cortège mixte pour les personnes LGBT+ et allié·es, des cortèges en non-mixité choisie et un village associatif renforcé sur la place Bellecour. L’association n’exclut cependant pas de devoir reporter l’événement en fonction de l’évolution de la situation sanitaire mais espère pouvoir maintenir plus facilement la Quinzaine des fiertés, qui comporte des rassemblements avec des jauges plus faibles.

Grenoble Pride Festival : www.facebook.com/GrenoblePride

Collectif Fiertés en lutte : www.facebook.com/CFL.Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.