Les sorties sur Twitter de Marguerite Stern, à l’initiative de Collages féminicides à Paris, auront eu le mérite de nous familiariser avec l’acronyme TERF (pour Trans-Exclusionary Radical Feminist) qui désigne des féministes essentialistes qui militent pour l’exclusion des femmes trans des luttes féministes.

Stern estime en effet que les revendications des femmes trans – qu’elle désigne comme « des hommes qui veulent être des femmes » (sic) – sont le bras armé du patriarcat pour silencier les femmes cis. Et c’est sûr que les personnes trans en général, et les femmes trans en particulier, bénéficient des bienfaits du patriarcat lorsqu’elles sont inlassablement mégenrées, lorsqu’elles se voient nier les mêmes droits que les personnes cis, lorsqu’elles sont agressées, violentées et tuées dans la rue. Comme le rappelle une tribune parue dans Libération le 26 février dernier, les femmes trans sont des femmes. Il n’y a pas de débat sur la question, juste de la transphobie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.