Valérie Rey-Robert a le sens du titre. Après Une Culture du viol à la française, elle publie Le Sexisme, une affaire d’hommes qui explore les ressorts de la construction de la masculinité.

Parce que ce sont des femmes qui portent depuis des dizaines d’années le combat pour l’égalité, parce qu’elles sont aussi celles en défaveur de qui s’est instauré le système patriarcal, et parce que les voix masculines se font beaucoup moins entendre lorsqu’il s’agit de remédier aux injustices de genre, le sexisme n’est généralement pas considéré comme une affaire d’hommes, constate Valérie Rey-Robert. 

Pourtant, et malgré les efforts déployés par certains pour ne pas se sentir impliqués, les hommes sont également concernés par ce combat, et ce, à plus d’un titre. Pour ne pas reconduire des comportements injustes et violents, mais également pour se libérer eux-mêmes d’impératifs de genre limitants et nocifs.

Les argumentaires masculinistes prospèrent d’ailleurs sur l’idée que les hommes, en tant que groupe social, seraient défavorisés par le système de genre actuel, et que le but de la lutte féministe serait de les défavoriser plus encore.

Pour leur répondre, Valérie Rey-Robert s’attache à démontrer dans Le Sexisme, une affaire d’hommes, point par point, que les souffrances qu’ils mentionnent ne sont en aucun cas causées par la recherche de l’égalité, mais bien par ce que l’impératif de masculinité édicte et interdit.

 

« On ne naît pas homme, on le devient. »

Détournant la célèbre phrase de Simone de Beauvoir, Valérie Rey-Robert entame alors un tour d’horizon de cette construction sociale qu’est la masculinité.

Indépendance, compétitivité, violence, insensibilité, le mélange des différentes « qualités » attendues d’un homme place la société entière en tension, puisque la masculinité s’est construite de telle façon que pour être prouvée, et réaffirmée aux yeux de toustes, elle pousse souvent une personne à en écraser d’autres : des femmes surtout, des hommes aussi.

Documenté, précis, riche en études et statistiques, le livre cherche à convaincre. Si des personnes déjà habituées aux lectures et luttes féministes y croiseront sûrement des argumentaires et informations familières, l’effort de patience et de pédagogie fourni par l’autrice – le dernier chapitre se présente même comme une sorte de manuel explicatif, explicitement adressé aux hommes désireux d’agir pour le mieux – rend le livre idéal pour celles et ceux qui commencent à s’interroger sur ces sujets, et peut se révéler un allié bien pratique pour convaincre une personne hésistante de la nécessité et de la légitimité des luttes anti-patriarcales.

 

Valerie Rey Robert sexismeLe Sexisme, une affaire d’hommes de Valérie Rey-Robert (Éditions Libertalia). En librairies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.