La Ligue des Champions qui s’est déroulée à la fin du mois d’août a illustré, une fois de plus, de manière imparable le mépris dans lequel est tenu le sport féminin.

Le 15 août dernier, ce n’est pas la montée aux cieux de la Sainte-Vierge qui agite la Capitale des Gaules (on la remerciera le 8 décembre), mais bien la victoire en quart de finale de la Ligue des Champions de l’OL et sa deuxième qualification en une décennie en demi-finale de cette prestigieuse compétition européenne. Scènes de liesse, foule dans la rue et embrassades incontrôlées malgré l’épidémie en cours, puis débordements et affrontements avec les forces de l’ordre. Les média sont en boucle, le PSG aussi s’est qualifié pour les demi-finales, il pourrait pour la première fois y avoir deux équipes françaises en finale de la Ligue des Champions, du jamais vu, c’est couillu. 

Quatre jours plus tard, le 19 août, la cité rhodanienne retient son souffle, l’OL affronte, comme en 2010, à nouveau le Bayern de Munich en demi-finale. Même sur les écrans du bar d’un ferry perdu sur la Méditerranée entre Palerme et Naples, le match est retransmis, les passagers sont à l’affût. L’OL échoue à se qualifier en finale, dans la ville éclate des bastons, c’est couillon. Sans doute la testostérone sous l’effet du confinement.

Dimanche 30 août, l’équipe féminine de l’OL remporte la finale de la Ligue des Champions (on n’est pas encore passé à l’écriture inclusive à l’UEFA). Pour la septième fois en 10 ans. Pour la cinquième fois d’affilée, égalant ainsi le record historique établi par le Real Madrid (le vrai, hein, l’équipe masculine) en 1960. Dans une quasi indifférence qui frise le mépris (sans même un bigoudi). Mais bon, dans deux jours c’est la rentrée, il faut doucher les enfants et préparer les cartables. Pour la liesse populaire, on repassera (les chemises de Monsieur). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.