Pour leur troisième collaboration sur les ondes de France Culture, Didier Roth-Bettoni et Nathalie Battus proposent, dans le cadre de l’émission L’Expérience, Félix, love me not, le portrait sensible et tragique d’un jeune gay arménien immigré à Paris.

À la manière d’un puzzle dont il manquerait des pièces, Didier Roth-Bettoni (collaborateur d’Hétéroclite) et Nathalie Battus (réalisatrice chez France Culture) tentent de reconstituer le parcours et la personnalité polymorphe de Félix, jeune gay ayant fui l’Arménie en 2013 et mort d’overdose à Paris le 24 décembre 2017, à l’âge de 23 ans.

Après la série Quand la création raconte le sida et le documentaire Derek Jarman, un cinéaste queer (1942-1994), Nathalie Battus propose à Didier Roth-Bettoni une nouvelle collaboration radiophonique autour du destin tragique de Félix – de son vrai nom Kamo. Ce jeune homme a quitté son Arménie natale suite à l’incendie par des nationalistes homophobes du seul bar LGBT d’Erevan, le DIY, où il travaillait en tant que barman. Après un passage à Prague, il arrive à Paris où il est hébergé un temps par l’association le Refuge.

À travers les divers témoignages de ses ami·es en France et en Arménie, de son colocataire et des personnes qui ont travaillé avec lui, notamment chez Aides, mais aussi grâce à l’insertion de posts laissés par le jeune homme sur les réseaux sociaux, se dessine la personnalité de Félix, complexe et insaisissable. Si le jeune homme aime s’entourer et faire la fête sur les tubes d’Ariana Grande, il conserve également une part d’ombre et de mystère, une solitude tenace, une fêlure, qui le mène jusqu’à sa mort par overdose le 24 décembre 2017, vraisemblablement au cours d’une soirée chemsex.

Loin de chercher à combler artificiellement les trous et à aplanir les contradictions de son parcours et de sa personnalité, l’émission accompagne au contraire la complexité de la courte vie de Félix – heureux en latin – laissant apercevoir, derrière la joie de vivre, les difficultés liées à l’homophobie et à l’exil, à la solitude aussi dont souffrent nombre de jeunes LGBT+ et qui peuvent parfois mener à l’autodestruction.

On chemine ainsi 57 minutes durant au gré des trouvailles radiophoniques de Roth-Bettoni et Battus, aux côtés de ce jeune homme, ni héros ni victime, mais reflet de son époque.

Félix, love me not de Didier Roth-Bettoni et Nathalie Battus, disponible en podcast dans le cadre de l’émission L’Expérience sur France Culture.

 

© Matthieu Camille Colin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.