Notre chroniqueur Didier Roth-Bettoni fouille les archives et les mémoires LGBT+ afin de constituer son Gayphéméride, une histoire LGBT+ au jour le jour illustrée par Marie Hache. Ce mois-ci : Amélie Mauresmo, Divine et Jonas Ben Ahmed entre autres…

4 mars 1999 : jeu, couple et Match

Quelques semaines après avoir embrassé sa compagne devant les caméras du monde entier à la suite de sa victoire en demi finale de l’Open d’Australie, la toute jeune Amélie Mauresmo, 19 ans, entre dans la grande histoire de Paris Match : sous le titre “Nous sommes heureuses et nous ne nous cachons plus”, elle pose sur la couverture du magazine en compagnie de Sylvie, la femme qu’elle aime. C’est la première fois que Match met ainsi un couple lesbien à sa Une.

6 mars 1980 : immortelle !

345 ans après sa création, l’Académie Française accueille enfin une femme dans ses rangs, et pas n’importe quelle femme : une immense écrivaine qui est aussi une femme qui aime les femmes. Marguerite Yourcenar, autrice de Mémoires d’Hadrien et de L’Œuvre au noir, ouvre une brèche dans cette citadelle du machisme. Depuis, neuf autres femmes sont devenues immortelles.

7 mars 1988 : mort d’une icône

C’est une icône qui disparaît prématurément, un personnage plus énorme que la vie, une diva nommée Divine, travesti obèse et sans limites prêt à toutes les folies dans les films de son ami de toujours, John Waters, le pape du trash. Acteur, chanteur, performer il n’aura reculé devant rien face à la caméra de Waters : ni à se battre pour être la personne la plus dégoûtante du monde, et pour cela manger des crottes de caniche (Pink Flamingos), ni à se transformer en mère de famille modèle (Polyester), ni à mourir sur la chaise électrique (Female trouble)… Alors que la carrière de Divine s’apprête à prendre un virage plus mainstream et moins dans les marges avec le succès de Hairspray, Harris Glenn Milstead meurt à 42 ans dans sa chambre d’hôtel.

Divine Gayphéméride

9 mars 2018 : Plus inclusive la vie

C’est une première à la télévision française : un acteur trans jouant un personnage trans récurrent. Jonas Ben Ahmed, 26 ans, incarne Dimitri et marque une nouvelle étape de l’inclusivité LGBT+ dans Plus belle la vie, l’ultra-populaire feuilleton de France 3 qui, déjà, avait accueilli le premier mariage gay du petit écran…

10 mars 1971 : révolution sur les ondes

Ecoutez, alors là, je dis qu’il y a une chose tout à fait extraordinaire qui se passe, puisque la foule a envahi la tribune et que des homosexuels…  Des homosexuels de tout ordre, hommes et femmes… » L’antenne de RTL est interrompue, et on n’entendra jamais la fin de l’émission de Ménie Grégoire consacrée à L’Homosexualité, ce douloureux problème. La scène de la salle Pleyel où l’émission se déroule est prise d’assaut par des gays et des lesbiennes excédé·es par les propos victimisant et moralisateurs des intervenants réunis par la célèbre animatrice : un prêtre, un psychanalyste et le fondateur de l’association “homophile” Arcadie, André Baudry. Cette action spectaculaire est considérée comme l’acte fondateur du FHAR, le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire.

12 mars 1974 : la reine des fleurs

Je suis aussi gay qu’une jonquille

Freddie Mercury fait son coming out dans une interview au New Musical Express

22 mars 1179 : excommuniez les sodomites !

L’Eglise catholique a manifesté très tôt son rejet de ceux qu’on n’appelle pas encore les homosexuels. Ainsi, le concile de Latran condamne-t-il sévèrement les sodomites : “Ceux que l’on reconnaîtra souffrir de cette incontinence qui est contre nature, à cause de laquelle la colère de Dieu vient sur les fils de la défiance et a consumé les villes par le feu, seront, s’ils étaient clercs, chassés du clergé et réduits à faire pénitence dans les monastères; s’ils sont laïcs, qu’ils soient soumis à l’excommunication, et qu’ils soient retranchés de l’assemblée des fidèles.”

29 mars 1985 : plus de Sourire

Jeanine Deckers se suicide. En 1963, cette religieuse belge avait obtenu sous le nom de Sœur Sourire le plus improbable des succès internationaux (100 versions, 15 langues, 3 millions de disques vendus et qui a connu un regain de succès dans la saison 2 d’American Horror Story de Ryan Murphy !) avec un refrain religieux dont le premier vers fut vite détourné par les mal-pensants : “Dominique nique nique /  S’en allait tout simplement, / Routier pauvre et chantant. / En tous chemins, en tous lieux, / Il ne parle que du Bon Dieu, / Il ne parle que du Bon Dieu.” Si elle continua de chanter après ce hit, elle se retira des ordres et ne rencontra plus le succès. Au moment de sa mort, poursuivie par le fisc belge, elle vivait discrètement depuis de longues années avec sa compagne, Annie Pécher, tout en ne se considérant pas comme lesbienne. Les deux femmes se donnent la mort ensemble en absorbant plus de 150 cachets !

1er avril 2001 : vive les marié·es !

Moins de quatre ans après avoir légalisé les unions homosexuelles, les Pays-Bas deviennent le premier pays au monde à instaurer le mariage pour les couples de même sexe. La France attendra 12 ans pour faire de même.

4 avril 1938 : les hommes au Triangle rose

Gayphéméride

Une directive de la Gestapo ordonne officiellement que les hommes convaincus d’homosexualité soient incarcérés dans les camps de concentration : ils porteront la marque du Triangle rose. Cette déportation avait pourtant débuté dès le lendemain de l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933. Entre 1933 et 1945, environ 100 000 hommes considérés comme homosexuels furent arrêtés et 50 000 condamnés par des tribunaux. La plupart accomplirent leur peine dans des prisons normales et entre 5 000 à 15 000 furent internés dans des camps de concentration. Plusieurs milliers d’entre eux y moururent.

 

© illustrations Marie Hache

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.