Certains mythes traversent les âges. Simon Abkarian ne nous présente cependant pas une Électre de la Grèce antique mais une réécriture contemporaine. Dans Électre des bas-fonds, ce sont les rues miséreuses, mais festives, d’Argos qui sont le théâtre de cette tragédie éternelle dans laquelle Électre est en prise avec les désirs de vengeance de son frère.

Du 23 juin au 3 juillet aux Célestins, 4 Place Charles Dullin-Lyon 2 / www.theatredescelestins.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.