Afin de profiter au maximum de l’autorisation faite aux lieux culturels de rouvrir, Angélique Clairand et Éric Massé, le binôme à la tête du Théâtre du Point du Jour, ont imaginé Les Entêté·e·s, le bien nommé festival de résistance théâtrale.

Après une saison 20-21 faite de reports et d’annulations de spectacles, le Théâtre du Point du Jour mobilise ses forces une dernière fois avant la fermeture estivale en proposant une manifestation du 15 juin au 10 juillet qui investira, outre le théâtre, le Transbordeur de Villeurbanne, les Musées Gadagne, l’Espace Pierre Valdo et l’Ensatt. Sous titrée festival de résistance théâtrale, cette manifestation intervient en point d’orgue d’une saison chaotique pour la création culturelle, où l’acharnement aura été de mise, et jouit d’un nom qui sonne comme une évidence : Les Entêté·e·s. 

Car c’est bien d’entêtement dont ont dû faire preuve Angélique Clairand, Éric Massé et leur équipe pour proposer une sélection de neuf spectacles, dont cinq initialement programmés durant la saison que le binôme qui dirige le Théâtre du Point du Jour n’a pas lâché malgré l’accumulation des obstacles sanitaires.

Histoire politique, émancipation et soulèvement populaire

Ainsi, les 15 et 16 juin, on pourra enfin voir au Transbordeur – la salle de concerts à la lisière entre Lyon et Villeurbanne qui accueille sans doute un spectacle théâtral pour la première fois, la musique live étant encore soumise à de nombreuses contraintes – Cannes 39/90, la dernière création d’Étienne Gaudillère et de la compagnie Y. Cette pièce retrace l’histoire du festival de cinéma de 1939 à 1990, de l’utopie politique créée comme un rempart à l’idéologie fasciste aux dérives capitalistes de l’industrie cinématographique, en passant par les moments forts qui ont fait la légende de la Croisette. Gaudillère ouvre ainsi une nouvelle branche de sa réflexion sur l’histoire politique contemporaine, initiée avec Conversation privée, sur la chute de la lanceuse d’alerte Chelsea Manning (spectacle qui sera repris à la rentrée) et Pale Blue Dot, portant plus largement sur WikiLeaks. 

Les Musées Gadagne accueilleront quant à eux les 23 et 24 juin, Fugueuses, histoires des femmes qui voulaient partir de Judith Bordas et Annabelle Brouard, un dispositif sonore immersif qui donne à entendre la voix de celles qui choisissent de fuir leur domicile et le rôle qu’on leur assigne par soif d’émancipation.

Enfin, les 9 et 10 juillet, Grand ReporTERRE #3 mettra en dialogue le metteur en scène Aristide Tarnagda et le journaliste Boureima Salouka autour du mouvement de résistance populaire burkinabè Balai citoyen.

Au final, l’épidémie de Covid nous aura peut-être permis de réaliser qu’en matière de théâtre en particulier et de culture en général, l’obstination constitue le moteur principal de l’action.

Les Entêté·e·s, du 15 juin au 10 juillet au Théâtre du Point du Jour et en nomades / 04 78 25 27 59 / www.pointdujourtheatre.fr

©Joran Juvin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.