La mairie du 1er arrondissement a lancé mardi 2 novembre une consultation pour donner des noms de femmes à trois lieux publics. Parmi les quinze propositions figurent deux femmes trans : Marsha P. Johnson et Ovida Delect.

Malgré les efforts des colleuses féministes qui, en 2014 et 2016, avaient tenté de rebaptiser de façon non-officielle certaines rues de Lyon, la capitale des Gaules, contrairement à Paris, Bordeaux, Metz ou Montpellier, ne compte aucun lieu ni équipement public nommé daprès une personne ouvertement lesbienne, gay, bi, trans ou intersexe. Cela pourrait bientôt changer grâce à une initiative de la mairie du 1er arrondissement, qui souhaite « rendre visibles dans lespace public les femmes qui se sont illustrées par leur combat, leur engagement, leur créativité et leurs performances ». Au printemps dernier, elle a ainsi consulté associations et habitant·es pour savoir quelles femmes ils et elles souhaitaient honorer. «Toutes [les propositions] ont été retenues, à lexception de celles évoquant des femmes vivantes ou déjà nommées dans la ville de Lyon », précise la mairie. Parmi la liste de quinze noms ainsi constituée, on trouve des femmes françaises ou étrangères, lyonnaises ou non, des artistes, des sportives, des combattantes… et deux femmes trans : Marsha P. Johnson (1945-1992) et Ovida Delect (1926-1996).

Désormais bien connue dans les milieux queers et LGBT+, la première a participé aux émeutes de Stonewall en 1969, co-fondé lannée suivante (avec Sylvia Rivera) une éphémère organisation d’entraide et dhébergement des jeunes gays, trans et drag-queens sans-abri (le STAR) et milité à la fin de sa vie aux côtés dAct Up New York contre le sida. Son nom a été proposé par lantenne lyonnaise de lassociation SOS homophobie.

Moins célèbre, Ovida Delect nen a pourtant pas moins un parcours exceptionnel. Résistante à lOccupation allemande dès son adolescence, elle est arrêtée en 1944 par la Gestapo, torturée puis déportée dans un camp de concentration, auquel elle survit. Poétesse, militante communiste, elle effectue sa transition sociale à lâge de 55 ans, et fait lobjet dun beau documentaire de Françoise Romand, Appelez-moi madame.

Outre Marsha P. Johnson et Ovida Delect, ont également été suggérés les noms de la militante contre lapartheid Dulcie September, de la tenniswoman Suzanne Lenglen, de la chanteuse de rai Rimitti, de la combattante anti-esclavagiste Solitude, de la résistante lyonnaise Clémence-Annick Burgard, de la pionnière de lécoféminisme Ellen Richards… Un beau panthéon au sein duquel les habitant·es du 1er vont devoir faire un choix difficile : seuls trois noms seront retenus pour baptiser le square de la rue Burdeau, le verger situé entre les rues Bodin et Magneval et le city stade (ou terrain multisport) de la rue Vaucanson. Le choix se fera par un vote en ligne (ici), jusquau dimanche 14 novembre. Dévoilement des plaques prévu mardi 8 mars 2022, à loccasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.