Dodo

La belle saison

110619_JL1ArianeMestreSuite au décès de Philippe Faure l’été dernier, Jean Lacornerie a quitté les commandes du Théâtre de la Renaissance pour prendre celles du Théâtre de la Croix-Rousse. Il décrypte pour les lecteurs d’Hétéroclite sa programmation pour la saison 2011-2012.

Pour votre première saison à la Croix-Rousse, vous avez mis en place un certain nombre de nouveautés dont les «Clubs». Pouvez-vous nous en parler ?
J’ai déjà parlé de mon amour pour le cabaret. C’est un dispositif – plutôt qu’un genre – de rapport entre les artistes et le public que je cherche à explorer : j’aime cette idée que l’on puisse échanger autrement que dans un rapport frontal, que l’on puisse bouger, boire un coup, manger dans un espace convivial, à un tarif plus abordable. C’est le saxophoniste américain Ned Rothenberg, en lien avec le spectacle sur Rimbaud, qui inaugurera les Clubs. Ensuite, l’équipe de la Villégiature de Goldoni proposera quelque chose de décalé sur la variété italienne. Les artistes du Turak organiseront également une soirée en présence de Rodolphe Burger. En marge de West Side Story, Florence Pelly, une des grandes comédiennes de la comédie musicale en France selon moi, proposera son Club. On travaillera également autour du péplum avec les élèves du Conservatoire, afin d’aborder de manière kitsch la question de l’Antique.

Cela vous permet également d’introduire la dimension musicale qui vous est chère ?
Absolument. Ces rendez-vous vont courir sur toute la saison et j’aimerais, à terme, pouvoir les développer et y introduire de la musique classique, comme cela se fait au Poisson Rouge, à New York.

Parlons un peu des spectacles de la saison 2011-2012. Vous mettez en scène une version de West Side Story en décembre ?
Il s’agit plutôt d’un concert mis en espace. Quatre chanteurs vont interpréter pratiquement l’ensemble des chansons de la comédie musicale, mais il n’y aura pas de ballets. En revanche, comme il s’agit d’un arrangement pour percussions réalisé par Gérard Lacointe et validé par Bernstein lui-même, la présence des musiciens sur scène donnera lieu à quelque chose de très visuel.

Toujours en lien avec la musique, vous accueillez en janvier une «opérette barge», Le Gros, la vache et le mainate. De quoi s’agit-il ?
Ce spectacle fait référence à l’opérette et à son univers de pacotille et devrait plaire aux lecteurs d’Hétéroclite. La pièce, écrite par Pierre Guillois, est complètement délirante, très impertinente. Deux hommes ont un enfant ensemble et l’un d’eux meurt en couche. Deux vieilles tantes viennent alors s’occuper du nourrisson. Les rôles féminins sont interprétés par des acteurs masculins, c’est très politiquement incorrect, mais il ne s’agit absolument de se moquer des homosexuels. Ça me semble être une bonne réponse à la question complexe de l’humour gay.

Vous montez également Mesdames de la Halle d’Offenbach cette saison ? 
C’est une œuvre un peu oubliée du répertoire d’Offenbach, très opératique, dans laquelle il donne à voir tout le petit monde interlope des Halles, où se croisaient les noceurs, les putes, les indics et les flics. Les rôles de femmes sont chantés par des hommes et le rôle du jeune homme est tenu par une femme : cette question de l’inversion des genres m’intéresse.

Quels sont vos projets, vos envies pour les saisons à venir ?
J’aimerais vraiment beaucoup avoir les moyens de monter une comédie musicale du répertoire américain des années 1940 ou 1950.

 

Jean Lacornerie

1963 : naissance à Strasbourg.
septembre 1990 : est nommé, à 26 ans, secrétaire général de la Comédie-Française par Jacques Lassalle.
1992 : fonde la compagnie Ecuador à Lyon.
octobre 2002 : est nommé à la direction du Théâtre de la Renaissance à Oullins, aux côtés d’Étienne Paoli. Il met sur pied son projet autour du théâtre et de la musique.
octobre 2008 : prend seul la tête du Théâtre de la Renaissance, suite à la retraite de Paoli.
décembre 2010 : est nommé par la Ville de Lyon à la direction du Théâtre de la Croix-Rousse pour succéder à Philippe Faure, décédé au cours du mois de juillet 2010.

www.croix-rousse.com

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.