Partout, elle me fait escorte. / Elle est revenue, elle est là, / La renifleuse des amours mortes. / Elle m’a suivie, pas à pas. / La garce, que le Diable l’emporte ! / Elle est revenue, elle est là
La solitude, Barbara

Dix ans après la disparition de la Barbara, et quelques jours après une énième journée mondiale de lutte contre le sida, il eut paru plus opportun de citer, de la dame en noir, un extrait de sa chanson Sid’amour à mort. Mais la garce, c’est bien la solitude, qui fait fuir ceux qu’elle poursuit dans le vide. Pourquoi les homosexuels voient-ils encore le nombre de contamination par le VIH augmenter parmi eux ? Nous voici confrontés à une question embarrassante : le délitement de la communauté gay, s’il est apparu politiquement nécessaire dans une perspective d’intégration, plonge dans le désarroi de nombreux invertis. Les établissements gays, plus que des lieux de sociabilité et de solidarité, sont devenus les temples d’un marché des solitudes et des ébats; où l’on se vend à tout prix. On ne peut expliquer une pratique à risque par une disposition essentielle au risque. Ce type de raisonnements est pourtant à la mode… Quand notre Président notamment refuse d’entendre que les violences dans certains quartiers trouvent leur source dans une crise sociale de fond. Le problème c’est la voyoucratie, point. 110 ans de sociologie, depuis Le Suicide de Durkheim, pour rien. À l’heure où cet éditorial pas bien drôle s’écrit, le 1er décembre justement, pas un mot de Nicolas Sarkozy sur le sida. Ça fait baisser les courbes, la ménagère de base zappe si l’on parle d’homosexualité ou de maladie, diraient Bataille et Fontaine. On l’entendra peut-être en revanche s’adresser aux militants anti-fourrure qui battent le pavé aujourd’hui à Lyon. À quand un grenelle des lapins ? «Tout n’est que syphilis» songe Des Esseintes, le personnage de Huysmans dans À rebours ; cette maladie dite «débilitante» continue apparemment de ravager nombre d’esprits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.