Le mois passé, nous vous invitions à entreprendre la lecture du Journal de Jean-Luc Lagarce. Soupçonnant que beaucoup ont été découragés par les 550 pages du premier volume mais insistant sur le caractère fondamental de l’œuvre du dramaturge, nous vous proposons cette fois d’aller voir l’ébauche d’un portrait qu’en propose François Berreur au Théâtre du Point du jour. François Berreur était l’un des amis les plus proches de Lagarce, il en est aussi l’exécuteur testamentaire. Un mot bien triste, exécuteur, tant il fait œuvre de témoin et de passeur du génie lagarcien, en éditant ses écrits aux Solitaires intempestifs et en montant parfois ses pièces. Il s’est livré ici à un travail de montage, que l’on imagine long et fastidieux, à partir du fameux Journal. Puis il a eu la brillante idée de solliciter le génial Laurent Poitrenaux, qui prête sa voix, aussi grave que facétieuse, à l’auteur de Juste la fin du monde. Assis à son bureau, sur lequel sont simplement posés quelques livres et une machine à écrire, Poitrenaux dit Lagarce sans tenter de le singer et sert de médiateur entre lui et nous. On entend tout ; la douleur quand Lagarce découvre et annonce sa séropositivité : «être plus solitaire encore, si cela est envisageable» ; le cynisme et l’esprit, aussi, quand il commente lui-même ses réactions face à la maladie : «la place de l’euphémisme dans l’œuvre de Lagarce…» ; et l’humour malgré tout : «Il n’y a que deux personnes qui comptabilisent autant les morts : notre ministre de la culture, l’ineffable Jacques Toubon, et moi». Un beau spectacle et un bel hommage.

Ébauche d’un portrait, du 19 au 23 mai au Théâtre du Point du jour, 7 rue des Aqueducs-Lyon 5 / 04.78.15.01.80

www.lagarce.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.