Dans la constellation des cinéastes gays français, Sébastien Lifshitz occupe une place toute particulière. Il est sans doute le seul à prendre à bras-le-corps, et avec grâce, des thématiques homos considérées comme «sensibles» : transsexualité, suicide des ados gays, prostitution, séropositivité… Pas question pourtant chez Lifshitz de faire des films à thèse, lui qui déclare filmer «avec» plutôt que «sur» l’homosexualité. Une intransigeance, là où beaucoup d’autres peuvent être soupçonnés de brider leurs envies, et éviter ainsi d’avoir à assumer l’étiquette parfois embarrassante de «cinéaste gay». On découvre Sébastien Lifshitz en 1998 avec le moyen-métrage Les Corps ouverts. C’est le film de la rencontre avec son acteur fétiche Yasmine Belmadi, mort des suites d’un accident de scooter en juillet 2009 à Paris. Le beau beur traverse la filmographie du cinéaste en incarnant des personnages volubiles et sexuellement indéterminés. Dans Les Terres froides (1999), Belmadi est un ouvrier à la recherche de son père, qu’il pense être le patron de la manufacture dans laquelle il travaille, et se venge de l’indifférence de son présumé géniteur en couchant avec son fils. En 2000, Sébastien Lifshitz sort Presque rien, film écorché et juste sur les affres d’une adolescence homo, et offre à Stéphane Rideau et Jérémie Elkaïm le rôle d’un couple irradiant de sensualité. Lifshitz n’hésite pas à filmer le sexe de façon frontale, lui qui avoue aimer «violenter le spectateur». L’attention qu’il porte aux corps trouve sa pleine maturité dans le charnel Wild Side, qui met en scène un trio amoureux composé d’un émigré russe, d’une transsexuelle et d’un jeune Maghrébin. Ce film aérien et sensible confirme le talent et l’audace de Sébastien Lifshitz. On attend donc beaucoup de son prochain film Plein Sud, dont la sortie est prévue le 31 décembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.