Il a fallu quelques singles alléchants pour que The Big Pink devienne un grand groupe. Un grand groupe londonien composé de deux musiciens seulement (Robbie Furze et Milo Cordell) et qui n’avait pas encore sorti d’album. A brief history of love n’est en effet paru qu’en septembre dernier mais les titres Velvet et Domino s’étaient chargés de la réputation du duo bien avant la sortie de cet opus. Domino avait toutes les qualités du tube alors que le titre Velvet, qui ne cherchait pas l’efficacité à tout prix, était plus énigmatique, voire mystique. On attendait donc beaucoup de leur premier album, signé sur le très célèbre label anglais 4AD (Blonde Redhead, The Breeders, Pixies…). A brief history of love n’est pourtant pas le chef-d’œuvre annoncé. Les titres se suivent dans un registre assez monolithique, les ambiances se superposent et laissent un peu de glace. Le duo nous livre onze titres d’electro-rock plutôt mélodiques et proches du mouvement shoegaze, courant musical où les musiciens passent leur temps à regarder («gaze») leurs chaussures («shoe»), sous-entendu leurs pédales d’effets. Ce sont donc de véritables techniciens qui livrent un son dense et saturé d’effets. Mais contrairement au genre, le chant, bien qu’éthéré, est très présent, très mélodique et apporte tout le romantisme à leurs compositions. Et si l’album est en demi-teinte, c’est sur scène qu’ils peuvent convaincre. Leur imagerie souvent érotique voire homoérotique nous avait donné quelques signes avant-coureurs de leur potentiel de séduction. Tout “shoegaze“ qu’ils soient, en live, ils lèvent la tête. On découvre alors deux jeunes garçons pas si geek que ça qui jouent de leur sex-appeal : petit air désinvolte, blouson en cuir et posture rock’n’roll. En tournée, le duo devient un quatuor avec une belle section rythmique et des sets carrés et efficaces. Ils utilisent la scène pour défendre les morceaux qui semblaient désincarnés sur disque comme pour souligner que The Big Pink n’est pas un groupe aux deux singles, qui dure le temps d’un été. Et on les croit.

The Big Pink, le 22 janvier au Marché Gare
34 rue Casimir Périer-Lyon 2 / 04.72.40.97.13
http://www.myspace.com/musicfromthebigpink

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.