110923_4htroclitomtreimDepuis août dernier, la police camerounaise a entamé une véritable chasse aux homos. Une dizaine de personnes a été arrêtée et emprisonnée. En cas de « crime » d »homosexualité, le coupable s’expose à des peines pouvant aller jusqu’à cinq ans de détention et à une amende pécuniaire. Maître Alice Nkom (photo), avocate et présidente de l »Association pour la défense des droits des homosexuels au Cameroun, a lancé une pétition, en ligne sur Allout.org, pour dénoncer cette situation. L’objectif des 50 000 signatures déjà atteint, elle envisage de la remettre au président camerounais Paul Biya, le seul selon l’avocate à pouvoir stopper ces persécutions policières.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.