Personnage de composition bien connu des noctambules lyonnais, Chantal la Nuit œuvre pour la démocratisation des parures et des bas-résilles en organisant les soirées «Bunny Slut Club».

Après les crampons, les talons : avant de se révéler au monde (de la nuit lyonnaise), Chantal s’est cherchée ; était-elle moins travestie en joueur de foot qu’en blonde peroxydée ? Au cours de soirées costumées parmi la faune barcelonaise, Chantal s’est éveillée, d’abord en short, avant de trouver ses guêtres d’avenir et de lumière dans la fringothèque d’une soirée Middlegender. Vilaine perruque, robe trop courte et trop serrée, barbe et talons hauts : et voilà la mue opérée. Chantal la Nuit, artiste le jour, foule les pavés lyonnais, trop bien alignés, au point parfois de les soulever. Comme à l’occasion des trav’attac, commandos de folles travelotées perturbant la quiétude de la presqu’île. Trente furies gloss et poil dehors ont ainsi consterné ou ravi les usagers des terrasses de la rue de l’Arbre sec en mai 2010. Victoire de la raison ou apaisement des hormones, Chantal s’est assagie. Tout du moins sur la voie publique. Car elle officie désormais au Métal Café, en entraîneuse dépareillée, pour les soirées Bunny Slut Club. Troisième édition le 5 novembre, avec une règle non négociable : pour rentrer, il faut être déguisé, version «Galactica» cette fois (pour l’inspiration, voir l’abominable et réjouissant film de science-fiction Vegas in Space, nanar queer dans lequel des cosmonautes changent de sexe pour infiltrer la planète Clitoris). Mère maquerelle attentive à la composition de ses équipes, Chantal la Nuit s’est entourée d’une troupe iconoclaste de stylistes, Dj’s, danseurs et détenteurs de pouvoirs extralucides. Dans le désordre : Benjamin Le Cancre, Davida Bolita, Kinky, Braulino Bandera, David D et la célèbre médium Dorothée. Le ton est donné. Ne reste qu’à enfiler un leggin cosmique et des perles supernovas pour rejoindre Chantal, et s’efforcer, comme elle et selon sa formule, d’être «plus belle la nuit».

Métal Café

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.