Sous le titre Retours sur Retour à Reims, les éditions Cartouche publient deux entretiens donnés par Didier Eribon au sujet de son livre Retour à Reims.


 

didier eribon retours sur retour à reims éditions cartouche

«Mon livre entend s’insurger contre l’ordre social, contre la violence sociale qu’il véhicule, contre le racisme social qui le cimente». Ainsi Didier Eribon revient-il sur Retour à Reims, «essai d’auto-analyse» publié en 2009. La publication dans Retours sur Retour à Reims de deux entretiens (dont l’un est paru en 2010 dans la regrettée revue lyonnaise Le Coup de grâce) poursuit cette remise en question de l’ordre social, comme le rappellent leurs titres («Les révoltes sont toujours d’actualité» et «La résistance est première»). La notion de honte est ici centrale : la honte sexuelle, celle que ressentent les gays dans une société qui les stigmatise, une honte à laquelle Didier Eribon a consacré ses premiers livres, et surtout, la honte sociale (l’objet de Retour à Reims), la honte des origines populaires, qui fait dire «j’ai détesté mon père parce qu’il était un ouvrier» et prendre très tôt ses distances avec la famille. «Pourquoi ai-je perçu mon passé comme celui d’un enfant gay ou d’un adolescent gay confronté à l’homophobie sociale et aux mécanismes de l’infériorisation sexuelle plutôt que comme un fils d’ouvrier cherchant à échapper aux mécanismes de l’infériorisation sociale ?», s’interroge Didier Eribon. La réponse est une profonde et salutaire interrogation sur la disparition de la conflictualité sociale dans le discours politique et sur le renoncement des mouvements politiques – en particulier de gauche – à parler de classes sociales.

Retours sur Retour à Reims de Didier Eribon (éditions Cartouche)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.