I Don’t Like Disco, le seizième album d’Amanda Lear, est évidemment un fiasco. Mais bon, si on aimait Amanda pour sa musique, ça se saurait…

amanda lear i don't like discoParlons pour une fois d’Amanda Lear sans évoquer sa présupposée transidentité, ni Dali, ni ses amours avec les stars du rock. Parlons musique, puisqu’Amanda nous présente un nouvel album. Contrairement à son nombre de bougies soufflées, les comptes de ses disques, eux, sont sûrs : I Don’t Like Disco (paru chez Little Boom Records) est son seizième album ! Évidement, c’est un fiasco mais c’est surtout pour son interprète un prétexte pour aller écumer les plateaux télés, histoire d’arborer son nouveau lifting et de balancer sur ses vieux potes du show-bizz.

Et c’est comme ça qu’on l’aime : en super-cougar qui assume ce qu’elle est et qui n’a jamais essayé de nous faire croire qu’elle était une interprète hors-pair, un écrivain extraordinaire ou la nouvelle Picasso. Amanda Lear, c’est la bonne cliente des médias, cash et sans langue de bois, la bonne copine à pédés qui a toujours soutenu la cause LGBT avec légèreté. Pour le reste, on se gardera bien de liker I Don’t Like Disco, excepté peut-être en toute fin de soirée, quand il se fait très, très tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.