De Didier Eribon (Champs Flammarion)

Publiées pour la première fois en 1999, ces Réflexions sur la question gay proposent une analyse des mécanismes de domination. Elles affrontent les questions suivantes : comment fonctionne l’ordre sexuel ? Comment s’exerce sa violence envers ceux qui contreviennent aux normes sexuelles ? Comment produit-il un sujet particulier, infériorisé, le «sujet gay» ? L’injure est au point de départ du livre. Didier Eribon montre combien cette «sentence quasi-définitive, condamnation à perpétuité, et avec laquelle il va falloir vivre» est au cœur de la structure de la domination. Elle est fondamentale pour comprendre comment la subjectivité gay est façonnée, car, même quand elle n’est pas subie directement par les gays, «l’agression verbale est toujours possible et plane comme une menace installée dans chaque instant de la vie sociale». S’il étudie la domination, Didier Eribon s’intéresse également à la résistance qu’on peut lui opposer, et à la manière dont les deux s’entremêlent. Il consacre par exemple de très belles pages à l’émergence d’une «parole gay» au XIXe siècle, à Oscar Wilde, à André Gide et aux hellénistes britanniques. Au fil du livre se croisent notamment Pierre Bourdieu, Jean-Paul Sartre, Marcel Proust, des auteurs de la théorie queer que Didier Eribon fit connaître en France (comme Judith Butler et Eve Kosofsky Sedgwick), ou Michel Foucault, dont la troisième partie du livre discute les écrits sur la sexualité. «J’espère que la ferveur, la fièvre, qui en imprégnaient les pages ne se sont pas estompées avec le temps», écrit Didier Eribon dans la préface de cette nouvelle édition. Il peut être rassuré : treize ans après, le livre transporte toujours autant son lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.