Partager cet article :

Après dix jours d’une bataille parlementaire intense, l’Assemblée nationale a adopté, mardi 12 février, le projet de loi historique sur le mariage pour tous.

agr9879558 suffrages exprimés, 329 voix pour, 229 contre. A 17h, mardi 12 février, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture un projet de loi historique, accordant l’égalité des droits aux couples homosexuels. L’issue du scrutin ne faisait guère de doute, la gauche disposant d’une large majorité dans l’Hémicycle.

Quatre membres du PS ont voté contre la loi : la maire de Chambéry Bernadette Laclais (Savoie), Jérôme Lambert (Charente), Patrick Lebreton (La Réunion) et Gabrielle Louis-Carabin (Guadeloupe). A l’UMP, seuls deux élus, Franck Riester (Seine-et-Marne) et Benoist Apparu (Marne), ont accordé leur vote au texte. D’autres ont fait le choix de s’abstenir, comme les anciens ministres Bruno Le Maire (Eure), Pierre Lellouche (Paris) et la désormais candidate à la mairie de la capitale, Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne).

Taubira exhibe ses lettres

« Égalité, Égalité, Égalité ! », ont scandé, une fois le texte voté, les députés de la majorité. La plupart des élus UMP, eux, ont quitté leur siège juste après avoir actionné leur boîtier électronique. Ils n’ont donc pas pu entendre les derniers mots de Christiane Taubira : un discours relativement anecdotique si on le compare aux nombreux morceaux de bravoure et d’éloquence parlementaire qui ont ponctué les dix jours de débats.

«Ce texte ne supprimera pas les jeux amoureux, ni chez les homos, ni chez les hétéros, et il restera des femmes, il restera beaucoup de femmes pour vous regarder, messieurs, pour essayer de percer les défauts qui se cachent parfois sous vos dehors affables et pour discerner dans l’entrelac de vos talents et de vos faiblesses, si vous êtes capable de tracer des chemins sur la mer, comme l’écrivait Antonio Machado», a badiné la ministre de la Justice.

Et la nouvelle icône du gouvernement Ayrault de citer, pour conclure, le grand penseur juif Emmanuel Lévinas (1906-1995) :

«penser autrui, disait Emmanuel Lévinas, relève de l’irréductible inquiétude pour l’Autre. C’est ce que nous avons fait tout au long de ce débat».

« On est nombreux à être émus »

Après le vote, les députés font le bilan pour les journalistes de ces centaines d’heure de débat.

«Ce n’était pas une séance comme une autre aujourd’hui. On est nombreux à être émus», confie le député PS Olivier Dussopt (Ardèche). «J’ai un certain nombre de collègues qui m’ont expliqué que c’était un des premiers votes pour lequel il avaient eu vraiment de l’émotion au moment d’appuyer sur le bouton ‘pour’», explique-t-il.

Le moment le plus fort de ces discussions pour cet élu rhônalpin ?

«Quand Christiane Taubira a utilisé le poème de Léon Gontran-Damas dans l’Hémicycle. C’était un moment révélateur du talent qu’elle a eu tout au long de ces débats pour toujours resituer le texte dans un cadre de valeurs plus général».

L’UMP Franck Riester se dit ravi

Un enthousiasme partagé par l’UMP Franck Riester, premier élu de droite de l’Assemblée nationale à s’être exprimé en faveur du texte.

«Je suis évidemment ravi que le texte soit voté après un débat passionné, avec beaucoup de mobilisation à gauche comme à droite», explique-t-il. «Le discours de la garde des Sceaux au début du texte et le vote du premier article resteront pour moi les moments les plus forts de discussions que j’ai vécues avec une certaine intensité», ajoute Riester.

Sur l’attitude de ses collègues de l’UMP, le député préfère se montrer magnanime.

«Il y a des mots que je n’aurais pas utilisés. Mais les mentalités vont rapidement évoluer. Ce n’est pas évident. Sur ces sujets, il faut toujours se mettre à la place des autres. Certains élus n’ont jamais rencontré de familles homoparentales, il y a parfois une peur de l’inconnu qui s’exprimait».

Prochaine étape pour le texte : le Sénat, où la gauche ne dispose que d’une majorité de six voix. Le projet de loi ouvrant le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels y sera examiné à partir du 2 avril.

Approfondir

Bonus : le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) annonce les résultats du vote des députés (suivi d’une intervention de Christiane Taubira, ministre de la Justice)

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>