Le film israélien Alata laisse apercevoir la situation, beaucoup moins idyllique qu’on se l’imagine souvent, de l’homosexualité dans l’État hébreu.

Quoi ? Encore un Roméo et Juliette proche-oriental, une histoire d’amour impossible entre deux hommes que tout oppose (nationalité, communauté, religion) ? Oui, mais aussi bien plus que ça. Tourné en lumière naturelle, Alata, mélodrame tirant dans sa conclusion vers le polar, laisse entrapercevoir, à partir d’une situation individuelle (la passion forcément contrariée d’un jeune avocat israélien et d’un étudiant palestinien), une réalité plus complexe qu’on se l’imagine souvent : à la fois le rejet des homosexuels palestiniens par leur propre société et leur utilisation cynique par les services de renseignement israéliens, qui les forcent parfois à collaborer avec l’État hébreu en menaçant de les outer auprès de leurs familles.

De quoi (on l’espère) tempérer un peu l’enthousiasme des gays occidentaux pour un pays qui aime à se présenter comme une oasis de tolérance gay-friendly dans une région fondamentalement hostile à l’homosexualité.

 

En DVD chez Outplay

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.