Deux événements aussi détonants l’un que l’autre se profilent à l’Auditorium de Lyon en novembre, deux soirées pas révolutionnaires mais intelligentes, qui titillent notre curiosité et offrent des moments de musique décalés et réjouissants. Cette route toute fraîche est tracée par le nouveau directeur général de l’Auditorium, Jean-Marc Bador, qui souhaite explorer des chemins musicaux en dehors de la ligne convenue. Le 22 novembre, pour commencer, Richard Galliano et Thierry Escaich se prêteront à un bel exercice de style. Qui de plus différent a priori que ces deux là ? Le premier, son accordéon chevillé au corps, vient de la valse musette, du tango et du jazz, quand le second, compositeur mystique et organiste improvisateur de génie, évolue dans un monde classique parallèle. Ce duo incroyable s’est mis en tête de jouer des œuvres du répertoire (comme les Danses hongroises de Brahms arrangées pour accordéon et orgue) mais aussi une création mondiale composée par Thierry Escaich et d’autres œuvres, afin de montrer à l’envie que les chemins de traverses et les croisements de genres sont autant de signes que la musique est mouvante et vivante. Galliano, seul accordéoniste signé chez Deutsche Grammophon, a sorti en avril sur ce label sa propre version des Quatre saisons de Vivaldi : un ovni nécessaire ! Dès le lendemain de cette rencontre surprenante, l’Orchestre national de Lyon (ONL) propose un deuxième moment musical particulièrement réjouissant : un grand concert ouvert à tous les musiciens, professionnels ou amateurs. On pourrait croire à une grosse blague, sur le mode : «toi qui joues du pipeau dans ta salle de bain, viens jouer avec les instrumentistes de l’ONL !».  Mais, à y regarder de plus près, on se dit que l’idée est belle et que ce concert participatif ne peut qu’être réussi. Sous la direction de Quentin Hindley, chef en résidence à l’ONL, instrumentistes débutants ou confirmés pourront jouer en complète osmose avec les musiciens de l’Orchestre. L’Auditorium ne s’est pas moqué du public, au vu des morceaux qui seront joués : rien de moins que l’ouverture de Nabucco de Verdi, la Marche hongroise de La Damnation de Faust de Berlioz et d’autres chefs-d’œuvre incontournables.

Galliano/Escaich, vendredi 22 novembre à 20h
À vos instruments !, samedi 23 novembre à 15h
À l’Auditorium de Lyon, 149 rue Garibaldi – Lyon 3 / 04.78.95.95.95

Photo : Richard Galliano (© Braunschweig)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.