En quatre ans seulement, l’Ov’à’Lyon (organisé par l’équipe des Rebelyons, qui compte aujourd’hui une quarantaine d’adhérents) s’est imposé comme le plus important tournoi de rugby gay et friendly de France.

Sa cinquième édition, qui se déroule ce mois-ci, accueillera ainsi une centaine de spectateurs et près de deux cent joueurs (soit un tiers de plus que l’an dernier), dont, pour la première fois, des rugbymen étrangers (belges, en l’occurrence). Pour Philippe Alcazar, président des Rebelyons, ce succès tient avant tout à la qualité de l’accueil “à la lyonnaise“ des participants, mais il n’aurait jamais été possible sans le soutien des collectivités territoriales (Ville de Lyon et Région Rhône-Alpes) et celui des établissements gays partenaires, tels que La Ruche, Le Crazy ou Le Double Side.

Les-Rebelyons-équipe-rugby-gay-friendly-lyon-heteroclite-avril-2014

Comme d’habitude désormais, la journée de match (samedi 19 avril) sera encadrée par une soirée d’accueil des participants la veille et une journée de détente le lendemain. Et comme à chaque tournoi auquel les Rebelyons participent, les rugbymen gays joueront avec (ou contre) des rugbymen hétéros. Cette mixité est indispensable pour faire reculer l’homophobie dans le sport, estime Philippe Alcazar, même si «la question de l’homosexualité n’est jamais frontalement abordée entre nous». Une stratégie du profil bas qui peut étonner mais qui semble porter ses fruits : «à la fin du tournoi, les joueurs hétéros nous voient comme des rugbymen comme les autres», assure le président des Rebelyons.

 

L’Ov’à’Lyon, du 18 au 20 avril à Lyon

Photos © Sandrine Anglade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.