Les propos de Xavier Dolan fustigeant le « communautarisme » ont été bien reçus en France, symptôme d’une idéologie « républicaine » qui prétend lutter contre les inégalités là où elle ne fait que les masquer.

 

 

«L’égalitarisme ré-pu-bli-cain en vigueur diffère du républicanisme réel en ce qu’il ne doit jamais être pris au pied de la lettre. Il n’est que proclamé, théorique donc virtuel.»

(Philippe Marlière, Rebelles imaginaires, Têtu n°203, octobre 2014)

Les propos de Xavier Dolan, qui se dit «dégoûté» par l’existence de prix récompensant les films à thématiques LGBT, ont trouvé un écho presque unanimement favorable auprès de l’opinion publique. En France, la dénonciation du « communautarisme » est toujours de bon aloi, et tant pis si celui-ci est le plus souvent invoqué hors-de-propos, comme c’est le cas ici. Même une partie importante des gays et des lesbiennes semble y adhérer, comme en témoigne une majorité des réactions sur un site LGBT comme Yagg. Il y a là une sorte de syndrome de l’Oncle Tom, qui voit une minorité dominée prendre fait et cause pour le discours majoritaire qui théorise son infériorité et son invisibilité. Comment expliquer que ce discours ultra-dominant continue pourtant de se parer des oripeaux du courage et de l’anticonformisme ?

 

xavier dolan communautarisme queer palm lyon heteroclite

 

Une partie de la réponse se trouve peut-être dans les pages du dernier numéro de Têtu, dont la couverture est précisément ornée d’une photo de… Xavier Dolan (qui, sans grand souci de cohérence, n’est visiblement pas «dégoûté» d’assurer sa promo dans un magazine gay). Le politologue Philippe Marlière y décortique la rhétorique «ré-pu-bli-caine» qui nous intime de «refuser les étiquettes» et de «sortir du ghetto». «Homos, bi, trans, hétéros : nous sommes humains avant tout !» proclament ainsi fièrement ceux qui refusent de comprendre que les films à thématiques LGBT ont besoin, pour accéder au grand public, d’un coup de pouce médiatique plus fort que les autres. Autrement dit, c’est en s’habillant de prétentions égalitaires (à même de séduire les gens de gauche, qui ne sont hélas pas épargnés quand il s’agit de dénoncer le « communautarisme ») que cette rhétorique « républicaine » entérine des inégalités de fait.

En refusant de voir l’écart immense entre le principe qu’il prétend défendre (l’égalité pour tous, auquel on ne trouvera évidemment rien à redire) et la réalité de nos sociétés (où les individus sont hiérarchisés en fonction de leur sexe, de leur identité de genre, de leur orientation sexuelle, de leur couleur de peau, etc.), ce discours pseudo-égalitariste contribue de facto à masquer que «dans la pratique, les égaux dans les positions de pouvoir économique, politique et culturel appartiennent presque invariablement au cénacle des hommes blancs, d’âge mûr et hétérosexuels» (Philippe Marlière).

En France plus qu’ailleurs, on aime confondre la République avec l’ordre établi et l’universel avec la norme. Plutôt que de faire de ces deux notions (la République et l’universel) un projet politique positif, un horizon vers lequel il serait exaltant de tendre, on préfère les considérer comme déjà acquises, les figer et les présenter comme menacées par celles et ceux qui ont l’impudence de réclamer leur juste part du gâteau. Que les internautes lecteurs et commentateurs du Figaro, du Point, de Marianne ou du Monde adhèrent à cette mentalité d’assiégés n’est en soi ni nouveau, ni surprenant. Que de très nombreuses personnes LGBT la partagent est en revanche nettement plus inquiétant – et devrait nous pousser, collectivement, à défendre et célébrer l’idée si noble et si décriée de « communauté ».

2 Réponses à “Xavier Dolan, la République et le « communautarisme »”

  1. Steffi

    Je suis plutôt d’accord avec cet article, à l’exception d’un point, qui n’est pas soulevé ici et qui n’est soulevé nulle part, d’ailleurs… : la discrimination positive.

    Quand Xavier Dolan se dit « dégoûté » par l’existence de prix récompensant les films à thématiques LGBT, je ne pense pas qu’il faille comprendre qu’il crache sur celles et ceux qui l’ont porté aux nues à de nombreuses reprises. J’ai été très touchée par sa réaction mais aussi par celle, assez vindicative, de beaucoup de gens estimant qu’avec ses propos, il crachait dans la soupe.

    La discrimination positive est un concept qui a ses qualités et ses défauts. Lorsqu’on donne volontairement plus de visibilité à une communauté supposément « invisible » parce que minoritaire et opprimée, l’on peut estimer que cette action va mettre en lumière la communauté, cela va sans dire. Mais une infime partie de cette dernière. C’est peu (mais c’est déjà ça, diront les optimistes), mais c’est aussi et surtout risquer, de manière arbitraire, la stigmatisation de cette même communauté, valorisée au « détriment » des autres.

    Personnellement, je ne suis pas pour la discrimination positive, et j’ai la sensation que Xavier Dolan non plus. Pour autant, ça ne fait pas de moi ou de lui un traître à la cause. C’est simplement un point de vue. La Queer Palm, c’est bien. Éduquer les gens à s’intéresser aux films pour ce qu’ils sont et non ce qu’ils représentent, les éduquer tout court, leur rappeler qu’il faut s’intéresser à l’essence, non à la représentation, c’est mieux.

    Mais c’est peut-être trop demander. L’espoir fait vivre, paraît-il.

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Mommy de Xavier Dolan : pas desséché - Heteroclite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.