Faire entendre une voix de la psychanalyse dissidente, tel est l’important projet de Sabine Prokhoris.

 

sabine prokhoris l'insaisissable histoire de la psychanalyse puf presses universitaires de france lyon heterocliteUtilisée pour défendre un supposé ordre symbolique de la différence sexuelle, la psychanalyse n’a pas eu un beau rôle dans les récents débats sur les transformations du mariage et de la filiation.

L’auteur, elle-même psychanalyste, s’indigne des prises de positions de certains de ses confrères – de leur «catéchisme psy censément freudo-lacanien» et de leur «rappel à l’ordre assorti de prédictions plus ou moins apocalyptiques». Certains écrits qu’elle cite ne mériteraient que le ridicule, si leurs auteurs ne proposaient tout simplement pas d’empêcher des personnes de vivre comme elles l’entendent.

En raison de nombreuses références allusives et de quelques digressions, son livre risque parfois de passer pour bavard et de perdre son lecteur. Pourtant, sa discussion théorique sur ce qu’est (et doit être) la psychanalyse mérite la persévérance.

Selon Sabine Prokhoris, elle n’est en effet pas cet «appareil de savoir» au «tropisme autoritaire», producteur de «discours d’autorité qui prétendent, tyranniquement, régir l’ordre de vies ou, pire, trancher quant à ce qui serait pensable et ce qui ne le serait pas». L’auteur défend une psychanalyse généreuse, qui se soucie des vies «risquées à la cure analytique». Et qui fait même preuve de «timidité» et de «tendresse».

Pour cela, il est nécessaire de poser la question de ses «effets». Et de situer ceux-ci, dans une fidélité à Freud, au cœur de la cure. C’est dans la relation analytique comme dialogue et échange, comme «jeu de parole et d’écoute», que se produisent des «impacts». Ceux-ci sont insaisissables, de l’ordre du «flou», de l’incertitude propre à chaque situation d’interlocution analytique.

C’est là, explique Sabine Prokhoris, que se niche la véritable histoire de la psychanalyse : elle «fait histoire» dans ce «surgissement renouvelé (…) au cœur de l’événement que constitue chaque cure».

Cette modestie et cette incertitude ne sont pas des aveux de faiblesse, mais bien ce qui fait la puissance de la psychanalyse : elle fait émerger ces «paroles, non savantes, qui ne cessent d’inquiéter, de perturber tout savoir préalable».

L’Insaisissable Histoire de la psychanalyse de Sabine Prokhoris (Presses Universitaires de France)

Photo : © PUF / Photo personnelle

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Fragments de Roland Barthes - Heteroclite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.