Dans son premier livre, Outlandish /Room/, le photographe Marc Kiska parvient à saisir toute la fugacité et l’incertitude de l’adolescence.

outlandish room marc kiska heterocliteNé en 1983, le photographe Marc Kiska a grandi près de Saint-Étienne avant de s’expatrier en Norvège au début des années 2000. Il y vit encore aujourd’hui, dans une ferme à l’écart du monde qu’il habite avec son mari. Son goût pour la nature et la solitude transparaît dans ses compositions peuplées de jeunes hommes androgynes, qu’il capture dans un équilibre précaire et éphémère entre l’adolescence et l’âge adulte. Leurs corps dénudés nimbés de brumes préraphaélites, leurs traits fins, leurs poses délicates et fragiles disent toute l’incertitude de cet âge de transition, mais aussi l’esprit rêveur et créatif de celui que ses camarades rejettent.

Dans la préface de son premier livre, Outlandish /Room/, Marc Kiska est  présenté comme «la face sombre de James Bidgood» (le réalisateur de Pink Narcissus) et quelques photos évoquent en effet cet inspirateur de Pierre et Gilles ou de David LaChapelle. Mais on songe aussi parfois, en feuilletant cet ouvrage, à d’autres grands photographes du corps adolescent (Will McBride, Larry Clark ou même Wilhelm von Gloeden) dont ce jeune artiste a manifestement assimilé l’influence, tout en parvenant à développer son propre style.

Outlandish /Room/ de Marc Kiska / www.marckiska.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *