Fidèle à lui-même, c’est dans la plus grande discrétion que l’écrivain Éric Jourdan nous a quitté le 7 février dernier, à l’âge de 77 ans.

pour jamais éric jourdan editions h&oIl faut parfois la mort pour que des noms resurgissent de l’oubli. C’est triste et c’est terrible, mais la force des artistes et des écrivains, pour peu qu’ils aient du talent, est de se survivre en dépit des aléas des temps et des modes. Début février, Éric Jourdan est mort et il y a fort à parier que cela ne dit pas grand-chose à grand-monde. Peut-être est-ce lié à cette discrétion qu’il choisit toute sa vie. Peut-être est-ce lié à une œuvre souvent réduite à un roman d’adolescence dont l’incandescence pédée lui valut, en 1955, d’être censuré pour trois décennies. Peut-être est-ce lié à l’ombre portée de son père adoptif, l’un des grands auteurs classiques du siècle dernier, à l’homosexualité tourmentée par sa foi, Julien Green. On ne lit plus guère, d’ailleurs, ni l’un ni l’autre et on a bien tort.

Il y a dans l’œuvre de Green quelque chose d’impressionnant, de marmoréen, d’intimidant dans sa rigueur, dont on comprend qu’il retienne de se plonger dans ses romans, en dépit de la beauté de sa langue et de la lutte intime qui s’y joue entre le corps et l’aspiration au divin. Mais Jourdan, c’est tout autre chose : une écriture solaire, violente, crue, lyrique, des sentiments exacerbés, des désirs qui s’incarnent ô combien.

Exaltation de la beauté des jeunes hommes

Il suffit pour s’en convaincre d’ouvrir Les Mauvais Anges, ce roman-scandale que Jourdan rédigea à l’âge de seize ans et qui relate la passion sensuelle et charnelle de deux cousins lors d’un bel été en Touraine. Peu à peu, l’exaltation de la passion fait place à une tragédie inéluctable : celle, sublime, d’une jeunesse sans concession. C’est beau, cruel, troublant, d’une liberté qui donne le frisson, à la fois très classique dans le style et profondément transgressif : ce sera toujours la marque d’Éric Jourdan.

Longtemps introuvable, son œuvre est dispersée chez divers éditeurs, parfois en poche. C’est le cas de ses Anges si sexués bien sûr, mais aussi de ces textes puissants, hantés par le désir, l’histoire, le destin et la beauté des jeunes hommes que sont Saccage, Le Garçon de joie, Le Songe d’Alcibiade ou Lieutenant Darnancourt (les derniers romans d’Éric Jourdan sont disponibles aux éditions H&O). Il faut lire Jourdan, parce que la mort n’est pas une fin.

13 Réponses à “Hommage à l’écrivain Éric Jourdan (1938-2015)”

  1. Petit-Prince

    Bonsoir,

    Je n’en croyais pas mes yeux. Je parcourais Amazon à la recherche d’ouvrages d’Eric Jourdan. J’ai tant pleuré, tant apprécié la justesse de ces mots à travers « Les Mauvais Anges ».

    Et là je tombe sur une page wikipédia sur google affichant son décès le 7 Février 2015, c’est impossible. La veille de mon anniversaire.

    J’ai 23 ans, j’ai commencé à le lire à 21 ans, et je pleure sa mort .. Ce n’est pas une fin en soit comme le dit l’article et pourtant … Je le ressens ainsi.

    Répondre
    • GUYOT

      Bonjour,Petit-Prince!
      Je suis très touché par ton témoignage si sincère.Excuse le tutoiment mais nous éprouvons la même émotion devant ce diamant que sont « Les Mauvais Anges ».Quel amour magnifique et quel écrivain!
      A l’heure de la normalisation du désir des garçons,une découverte même très tardive comme elle l’est pour moi de cette « illumination » me redonne du courage!
      Puisses-tu longtemps conserver ce don d’émotion!

      Répondre
  2. garnier

    Un grand écrivain, d’une sensibilité extrême, tombé dans l’oubli, tout comme son père adoptif. ,
    pourquoi, parce qu’il traite de l’homosexualité adolescente? des sentiments puissants de garçons qui s’aiment?
    Mais alors, avec quel style !!!
    Merci Mr Eric Jourdan, merci.
    Il devient presque impossible de trouver par exemple  » trois cœurs  » à un prix abordable
    même chez Amazon, ( plus de 70€).
    Bon sang, quel grand écrivain !
    Je t’aime Eric.

    Répondre
    • GUYOT

      Moi aussi j’ai envie de lui dire merci et je t’aime!
      Il n’est peut-être pas un auteur commercial,encore que certains rapaces le vendent au prix fort mais de même que l’immense écrivain que fut Julien Green,il ne tombera dans l’oubli!

      Répondre
  3. Thierry

    Merci à Monsieur Roth-Bettoni pour cet hommage à Eric Jourdan dont j’apprends seulement aujourd’hui la disparition. Je lui avais écrit une lettre à la mort de Julien Green dont le parcours littéraire m’a profondément inspiré et qui, à ma connaissance, nous a offert le plus grande autobiographie de l’histoire de la littérature française, immense témoignage d’un siècle tout entier dont les livres restent le pilier de ma bibliothèque intime.

    Répondre
  4. Nimoel

    Désolé pour mon français.
    Mon frère est mort à 15 ans. Je l’ai trouvé le livre dans sa chambre. Depuis que je suis âgé de 13 ans, maintenant je suis 19 ans.
    Comme je l’aime ce livre, il a une vie propre, il change quand il est répété lecture.

    ☆ R.I.P. Eric Jourdan ☆
    ☆ Les Mauvais Anges … Les mauvais anges … mauvais ange ☆

    Merci Nimo

    Répondre
  5. Fraîcheur

    « On ne peut éteindre ce qui une fois a lui sans les ténèbres de l’instinct » – Aux Gémonies

    Grâce à vous j’apprends le décès de Monsieur Éric Jourdan. Merci à vous et merci à lui pour son œuvre extraordinaire.

    C’était l’archétype de l’écrivain libre que l’ignoble censure a certainement renforcé dans son attachement à la liberté dont le corollaire est la subversion. Car il était aussi un écrivain subversif, abordant directement, et parfois crûment, des thèmes encore rares dans la littérature, traditionnellement réservés à la mythologie tels que l’inceste ou la description des rapports sexuels.

    Les Grands Hommes de la litterature ont souvent pour point commun de commencer par l’écriture d’un chef d’œuvre. Ce fut son cas. Il est entré avec fracas dans le monde littéraire, qu’il n’aimait pas, avec Les Mauvais Anges. Œuvre majeure méconnue du patrimoine littéraire français. Œuvre puissante. Œuvre terrible. Œuvre permissive. Œuvre dévastatrice. Œuvre destructrice. Mais œuvre intrinsèquement libre. J’ai toujours pensé que cet homme aurait dû recevoir le Nobel.

    Ah combien j’ai aimé lire et relire Le Jeune Soldat et les amours de François et Michel.

    Combien de larmes versées à la lecture des aventures de Doug et John dans Pour Jamais.

    Quel travail historique impressionnant derrière les tribulations du Jeune Lieutennant avec son amant Lincour dans une France de l’ancien régime en transition.

    Quel plaisir que la lecture des nouvelles parues dans Portrait d’un jeune seigneur en Dieu des moissons et l’ode au triolisme d’une équipe de monte en l’air !

    J’ai, ce n’est pas une blague, ses œuvres complètes sur ma table de chevet. Je relis ainsi régulièrement avec délectation certains passages de ses livres.

    Aux jeunes lecteurs, soyez libres comme Thomas (l’Amour Brut).

    Cet homme qui détestait se livrer, en a finalement dit beaucoup sur lui dans ses livres où la violence dans le rapport sexuel est omniprésente, comme la fessée, la mort, le suicide ou le soleil.

    Son œuvre n’est pas gaie mais elle nous appelle à ne jamais rentrer dans le rang ni à succomber à la normalité. Elle nous appelle à rester libre.

    On m’appelle Fraîcheur.

    Répondre
  6. Jean-claude Constant

    Abbé Jean-Claude Constant.

    A la recherche de nouvelles d’Eric Jourdan, j’entre sur votre site et j’y reçois, avec une profonde émotion, la nouvelle de son décès. Je garde le souvenir d’un homme cultivé, discret, libre et attachant. Nous nous étions rencontrés au domicile de Julien Green, à plusieurs reprises, lorsque je préparais une thèse sur les rêves de son père adoptif.
    Je n’ai que cet espace, et ma prière, pour lui exprimer ma reconnaissance et le souvenir qui me garde attaché à lui.

    Répondre
    • Aptel Thierry

      Cher Monsieur,

      Merci pour votre commentaire. Pour avoir reçu cette nouvelle à peu près de la même façon que vous au hasard d une recherche d information, je sais la surprise et le regret que vous avez ressenti sachant qu une telle perte est toujours navrante et le lot impartial de la vie. J ai étudié Julien Green en tant qu artiste plasticien et ce qui touche à son travail et à son mode de pensée m interpelle encore. Si vous avez des références à me communiquer je serais très intéressé par vos informations. Bien cordialement

      Répondre
    • Constant

      abbé jean-claude Constant.

      Pour que l’Eglise catholique reconsidère ses positions théologiques ou disciplinaires à l’égard des homosexuels, je viens d’écrire un roman édité aux éditions de la Tarente : « Peaux Noires ».
      L’abbé Michel Meunier, écarté du ministère depuis de longues années est retrouvé sauvagement assassiné à proximité d’un lieu de rencontre gay. Sa soeur, la veille de l’inhumation, retrouve dans la bibliothèque de son frère un manuscrit sulfureux. Le père Michel y révèle la duplicité dans laquelle se sont installés des aînés dans le sacerdoce….

      Répondre
  7. SERGE KANDRASHOV

    Bonjour à tous, je m’appelle SERGE KANDRASHOV. Je connaissais Eric Jourdan, En 2010 il a écrit une préface pour mon livre LE BOIS DE BOULOGNE, Porte Dauphine, lieu où les rêves des homos deviennent réalité…
    Après sa mort, j’ai publié un texte dans lequel je raconte, comment j’ai réussi à le rencontrer et nos relations..

    http://www4.fnac.com/livre-numerique/a9172802/Serge-Kandrashov-Rencontres-avec-Eric-Jourdan

    http://culture-et-debats.over-blog.com/2015/10/rencontres-avec-eric-jourdan.html

    Répondre
  8. roijoyeux

    Bonjour Didier et heteroclite, je suis passionné par le sujet de l’homosexualité, j’ai votre formidable livre « L’homosexualité au cinéma » dans mes livres de chevets…

    Je viens de trouver votre article sur Eric Jourdan après avoir enquêté sur Julien Green pour mon blog, où j’écris sur la vie de grands hommes gays, pour montrer aux hétéros étroits d’esprit que les gays ne sont pas tous des pervers, des efféminés ou des travestis, et aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

    Votre hommage à Eric Jourdan est très beau, je l’ai repris tel quel, en vous citant bien sûr, et heteroclite.org

    Merci à vous pour vos beaux livres et articles, et grâce à vous j’ai ajouté un héros joyeux à ma liste

    Juju roijoyeux

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Joyeux… Eric Jourdan | Roijoyeux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.