Stéphanie Arc publie une nouvelle édition de son livre Identités lesbiennes, en finir avec les idées reçues.

identites lesbiennes en finir avec les idees recues editions le cavalier bleu stéphanie arc heterocliteStéphanie Arc est diplômée de philosophie morale et politique, journaliste et a été vice-présidente de l’association SOS Homophobie de 2008 à 2009. Pour lever l’épais voile d’idées reçues qui recouvre les lesbiennes, leurs identités, leurs sexualités ou encore leurs styles de vie, elle s’est plongée dans pléthores d’études et de livres, certains datant de presque un siècle. S’aidant notamment de statistiques, elle s’emploie avec méthode à déconstruire les préjugés sur les lesbiennes, qui sont nombreux : petites, elles étaient des garçons manqués ; on les reconnaît facilement ; elles aiment rester entre elles… D’un revers de plume, l’auteur balaye chacun de ces poncifs de façon assez jouissive.

Deux chapitres de son livre (initialement paru en 2006 et dont la troisième édition révisée vient de paraître) retiennent plus spécialement l’attention, car ils replacent l’homosexualité féminine dans un contexte historique et politique. Ce sont ceux qui traitent de l’assimilation (parfois un peu trop rapide) du lesbianisme au féminisme et de la prétendue plus grande acceptation dont bénéficieraient les lesbiennes par rapport aux gays. Le premier revient sur l’histoire tourmentée des rapports entre les mouvements féministes et lesbiens ; le second rappelle que la soi-disant plus grande acceptation est avant tout une plus grande invisibilisation.

Une invisibilité persistante

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les statistiques révélées par les associations prouvent que le regard porté sur les lesbiennes a évolué de façon positive, mais elles soulignent aussi des constantes dans l’ignorance et le refus de comprendre. Les lesbiennes sont encore victimes de discriminations, à la fois en tant qu’homosexuelles et en tant que femmes. Les agressions verbales et physiques dans la rue, les inégalités salariales et la précarité les affectent à ce double titre. On peut voir là les raisons d’un possible repli sur soi et d’une invisibilité encore persistante aujourd’hui. Les médias et leur rôle prépondérant dans la visibilité de l’homosexualité féminine sont abordés à la fin du livre : au final, n’est-ce pas aux lesbiennes elles-mêmes de créer leurs occasions et de prendre leur destin en main ? C’est précisément ce que fait Stéphanie Arc avec cet ouvrage.

 

Identités lesbiennes, en finir avec les idées reçues de Stéphanie Arc (éditions Le Cavalier bleu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *