Dès la rentrée, le Théâtre Nouvelle Génération (TNG) proposera plusieurs spectacles jeunesse centrés sur la question de l’identité et de la conscience de soi.

Du 25 au 27 septembre 2015, la saison du TNG s’ouvrira avec Acrobates, un spectacle-hommage à Fabrice Champion monté par deux de ses anciens élèves, Stéphane Ricordel et Olivier Meyrou. Fondateur de la compagnie des Arceaux en 1993, Fabrice Champion était devenu tétraplégique à la suite d’un terrible accident de trapèze en 2004 et s’était alors consacré à la formation des jeunes espoirs du cirque avant de trouver la mort en 2011, à la suite d’un trip chamanique. Le spectacle interroge le rapport des artistes circassiens à leur corps : comment faire lorsque celui-ci les abandonne ? Comment Fabrice Champion a-t-il pu assumer une identité d’acrobate alors que son corps était privé de tout mouvement ? Après avoir traversé les frontières, la tournée de Stéphane Ricordel et Olivier Meyrou s’achèvera en beauté sur la scène du TNG.

Se confronter à soi-même : la question se posera également pendant le festival des arts immersifs Micro Mondes (du 24 au 29 novembre). La compagnie belge Ontroerend Goed y proposera une installation nommée Game of you (du 25 au 29 novembre). Le spectateur devra retrouver son chemin au travers d’un immense palais des glaces. Plus qu’une attraction foraine, l’installation veut interroger le public sur son rapport à sa propre image et à celle des autres. Chaque pièce sera pensée pour organiser une rencontre avec soi-même au travers de questions et de brides de conversations.

Le genre au cœur de deux pièces

Déjà présentée la saison dernière, la pièce Mon frère, ma princesse (du 19 au 29 mai) s’intéressera, elle, à l’identité de genre. Le texte de Catherine Zambon remet en cause les catégorisations masculine et féminine imposées aux enfants dès leur plus jeune âge. Le héros de la pièce est un petit garçon (interprété par Colin Melquiond, voir photo ci-dessous) qui rêve de devenir une princesse. Il devra faire face au regard de ses camarades de classe et à l’inquiétude de sa mère. Son seul soutien s’avérera être sa sœur qui subira elle aussi les railleries des autres enfants. Accessible dès huit ans, le spectacle a pour but de faire comprendre aux plus jeunes que naître fille ou garçon ne détermine pas ce que l’on est.

tng

L’artiste Phia Ménard s’exprimera elle aussi sur cette question de l’identité au travers de la pièce Vortex. Recouverte de plastique, cette circassienne de renom muera peu à peu sur scène. Elle retirera lentement les couches qui la dissimule pour les laisser s’envoler – envol rendu possible par un cercle de ventilateurs. Phia Ménard tentera ainsi de dévoiler comment l’être humain est capable d’accoucher de lui-même et comment, une fois débarrassé des conventions sociales et du regard des autres, chacun se retrouve seul face à son miroir.

Vortex phia menard heteroclite © Jean-Luc Beaujault

 

Théâtre Nouvelle Génération (TNG), 23 rue de Bourgogne-Lyon 9 / 04.72.53.15.15 / www.tng-lyon.fr

 

Photo Théâtre Nouvelle Génération © DR
Photo Mon frère, ma princesse © Adrien Patry
Photo Vortex © Jean-Luc Beaujault

Un Réponse à “Le TNG se pose la question de l’identité”

  1. martine coulet

    Bonjour,
    Puis-je avoir votre programme de l’an prochain ? Avez-vous reprogrammé Le Misanthrope de Michel Belletante, si oui je réserve tout de suite 35 places pour une matinée.
    Merci.
    Martine Coulet-Bonnevay. Lycée La Martinière-Duchère

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.