Plutôt que de répondre aux propos du philosophe Michel Onfray, ne ferait-on pas mieux de donner la parole à celles et ceux qui, à tâtons, tentent d’inventer des modes de subversion de toutes les formes de domination ?


 

michel onfray le phenomene onfray l'obsAu cours du mois dernier, le philosophe Michel Onfray s’est retrouvé, pour son plus grand plaisir, au cœur de toutes les conversations médiatiques. Pendant quelques jours, penseurs et éditorialistes se sont succédé pour donner leur avis sur «le cas Onfray», pour le critiquer ou le défendre. Il y a, bien sûr, quelque chose de rassurant à entendre enfin des voix s’élever contre les libertés avec les faits prises par notre nouveau Pangloss. On rappellera, à titre d’exemple, que ses élucubrations sur ce qu’il appelle «la théorie du genre» ne constituent qu’un avatar parmi d’autres de ses très nombreuses affabulations où se mêlent démagogie, suffisance, certitude, ignorance délibérée du réel et approximations. D’un autre côté, on se ne peut s’empêcher de songer avec inquiétude que celles et ceux qui ont voulu lui porter la contradiction ont surtout réussi à le placer, provisoirement au moins, au centre du débat d’idées français…

Depuis plusieurs années, on se demande pourquoi les forces politiques conservatrices et réactionnaires progressent sans discontinuer un peu partout en Europe, alors que celles qui devraient leur faire contrepoids semblent gagnées par le défaitisme. L’une des raisons de cette évolution est peut-être que les secondes apparaissent le plus souvent à la remorque des premières. Elles leur répondent, elles réagissent, elles s’indignent, mais toujours dans un second temps. Ce ne sont pas elles qui imposent leurs thèmes de débat, leur agenda politique en fonction duquel les autres doivent se positionner.

C’est ainsi qu’on fact-checke les mensonges de Marine Le Pen, qu’on écrit des livres pour répondre à Éric Zemmour (Contre Zemmour. Réponse au suicide français de Noël Mamère et Patrick Farbiaz, éditions Les Petits matins), qu’on décortique «le système Soral» (Enquête sur un facho business de Robin d’Angelo et Mathieu Molard, éditions Calmann-Lévy) ou «la galaxie Dieudonné» (Pour en finir avec les impostures de Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier, éditions Syllepses), qu’on analyse les ressorts de La Manif pour tous (Le Mai 68 conservateur. Que restera-t-il de La Manif pour tous ? de Gaël Brustier, éditions du Cerf)…

Tout cela est bel et bon, et peut-être nécessaire. Mais c’est autant de temps et d’énergie qui ne sont pas consacrés à l’élaboration d’un projet politique d’émancipation qui se suffirait à lui-même de façon positive, sans avoir besoin de s’appuyer, comme sur une béquille, sur sa Némésis. Dans cette lutte pour l’hégémonie culturelle, il est urgent d’accorder moins d’attention et d’intérêt aux Onfray, aux Morano, aux Ménard et à leurs tristes consorts et plus à celles et ceux qui, à tâtons, tentent d’inventer des modes de subversion de toutes les formes de domination.

(Édito paru dans Hétéroclite n°104, octobre 2015)

 

N. B. : nous avions interviewé Michel Onfray en juillet 2010 à l’occasion de la parution de son essai contre Freud, un entretien que l’on peut retrouver ici.

 

2 Réponses à “Onfray mieux de parler d’autre chose”

  1. Manu

    Je n’ai jamais lu un seul livre de Michel Onfray car cela ne me plaisait pas qu’un philosophe puisse critiquer Freud et, surtout, la psychanalyse. Par la suite, j’ai trouvé que le « concept d’université populaire » pouvait être intéressant si cela signifiait « proposer des débats accessibles à tous ». Je ne sais toutefois pas exactement quel impact ont réellement ces « universités populaires ». J’ai toujours eu l’impression par ailleurs que Michel Onfray était quelqu’un d’assez mégalo mais je n’ai jamais vraiment pris le temps de l’écouter non plus. J’ai été un peu plus attentif ces derniers temps à ce qu’il disait et il y a au moins une chose où il a raison, c’est que nous avons aujourd’hui, à droite et à gauche, une « classe bourgeoise » et une « classe moyenne » complètement déconnectée de ce que vivent réellement les classes populaires.Je pourrais très bien être déconnecté moi-même du fait de mon salaire moyen, de mon éducation (etc.) mais il se trouve que je travaille dans le secteur social. Je suis donc témoin depuis plus de 20 ans de ce que vivent beaucoup de citoyens (français, étrangers, confrontés au chômage, à la maladie, à des problèmes financiers…). Je pense clairement que certains peuvent ne pas souhaiter que la France accueille des étrangers tout simplement parce qu’ils pensent que leur propre situation va se dégrader encore plus. En réalité, ils sont complètement désinformés, soit volontairement, soit parce qu’il est parfois compliqué d’expliquer des choses complexes en peu de temps. Pour ne citer qu’un exemple, on a souvent entendu dire que si on imposait trop les riches, ils risquaient de quitter la France. Je trouve qu’une des meilleurs façons de réfléchir à ce problème là, c’est de consulter un site comme celui-ci :
    http://convertisseur.kingconv.com/v/liliane/index.php

    Lorsqu’on verse le RSA à un étranger, cet argent sert à payer l’office HLM et ses salariés, les fournisseurs d’eau et d’énergie, les opérateurs téléphoniques, les organismes
    d’assurances et ce qu’il reste va au supermarché du coin… et c’est sans compter la contribution de ce citoyen à la TVA, à la CSG, à l’équilibre démographique du pays, etc.

    Qui explique cela aujourd’hui ?

    Répondre
  2. DAVID DELESCLUSE

    NÉANMOINS, SON COURS SUR LE MARQUIS DE SADE ET TOUT CE QUE DOIT INGURGITER SA MAÎTRESSE (huître vin blanc etc…) AFIN DE RENDRE LE GOÛT DES SES EXCRÉMENTS PLUS COMMESTIBLE ÉTAIT TRÈS ENRICHISSANT 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.