Jusqu’au 17 octobre, la Quinzaine pour l’égalité femmes-hommes investit une large partie du territoire rhônalpin. Focus sur l’un de ses (très nombreux) rendez-vous et interrogation sur son avenir…

Une drôle de polémique avait entouré, en mars dernier, la projection parisienne du documentaire de la sociologue Sylvie Tissot, Je ne suis pas féministe mais…. Initialement prévue à la mairie du XXème, elle avait finalement eu lieu dans une autre salle, moins prestigieuse, suite au refus de la maire (socialiste) de l’arrondissement de l’accueillir. L’édile estimait que le documentaire et les intervenant-e-s du débat qui devaient accompagner sa projection étaient «antagonique[s] avec les combats de [sa] municipalité». Le moyen-métrage (52 mn) dresse le portrait de Christine Delphy, militante féministe et lesbienne, qui a participé à la création du Mouvement de Libération des Femmes et des Gouines rouges. Delphy (et c’est ce qui n’a pas plu à la maire du XXème arrondissement) reproche depuis plusieurs années à une partie du mouvement féministe français à la fois de s’être institutionnalisée et de s’être ralliée à la thèse néoconservatrice du «choc des civilisations» en se focalisant de façon obsessive sur l’islam et notamment sur la question du voile. Des accusations graves qui méritent assurément un débat, mais pas une exclusion, d’autant que la pensée de Delphy, qu’on soit ou non d’accord avec elle, suscite toujours la réflexion. Il faut donc se réjouir que Je ne suis pas féministe mais… soit projeté deux fois dans la région ce mois-ci dans le cadre de la Quinzaine pour l’égalité femmes-hommes : samedi 10 octobre à 15h à Grenoble (41 rue Abbé Grégoire) et jeudi 15 octobre à 18h à Lyon (à l’Université Lyon 2, 4 rue de l’Université-Lyon 7). La première de ces deux projections est d’ailleurs organisée par Osez le féminisme 38, dont les analyses du voile sont très éloignées de celles de Delphy, ce qui promet des échanges intéressants…Sylvie Tissot et Christine Delphy dans je ne suis pas feministe mais quinzaine pour l'égalité femmes-hommes

Last but not least ?

La double projection de Je ne suis pas féministe mais… n’est qu’un des très nombreux rendez-vous regroupés dans le cadre de la Quinzaine pour l’égalité femmes-hommes, un événement annuel organisé par la Région Rhône-Alpes chaque mois d’octobre depuis 2011. Derrière un intitulé délibérément fourre-tout (« la liberté a-t-elle un sexe ? »), une pléthore d’associations propose ainsi des rencontres, des ateliers, des débats, des conférences, des expositions, des spectacles… disséminés un peu partout dans les huit départements du territoire rhônalpin, autour de la question de la lutte contre le sexisme.

Mais cette année, une incertitude pèsera au-dessus des participant-e-s : cette cinquième édition sera-t-elle la dernière ? La Quinzaine pour l’égalité femmes-hommes a en effet été initiée par la majorité de gauche sortante au Conseil régional, donnée par les sondages battue lors des élections des 6 et 13 décembre prochains. Si les pronostics se confirment et si la droite l’emporte, son candidat, Laurent Wauquiez poursuivra-t-il l’expérience ? Ce n’est pas impossible, mais on peut légitimement craindre que non lorsqu’on se souvient des très fortes accointances du député-maire Les Républicains du Puy-en-Velay avec La Manif pour tous et avec le mouvement «anti-gender»…

Quinzaine pour l’égalité femmes-hommes en Rhône-Alpes, jusqu’au 17 octobre

 

Photos : Sylvie Tissot et Christine Delphy dans Je ne suis pas féministe mais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.