Plus c’est long, plus c’est bon ? Oui et non… Thèse et anti-thèse avec une collection de court-métrages gays et trois volumes consacrés à Tom of Finland.

par-courts gay optimale Plus c’est longPlus c’est long, plus c’est bon ? Les amateurs de cinéma (notamment) savent bien qu’on peut discuter longtemps de cet adage. Il suffit de fréquenter un peu les festivals de cinéma LGBT pour constater à quel point, du côté des courts-métrages, s’élaborent des choses inventives et brillantes quant aux représentations de nous-mêmes. Malheureusement, ces films n’ont guère d’autres lieux où exister. Heureusement, une collection de DVD (Par-courts gay) s’emploie à pallier ce manque, et sa dernière livraison (la cinquième) est plus que recommandable.

Neuf films s’y déploient dans un ensemble très cohérent, parmi lesquels plusieurs sont signés d’un des réalisateurs gays les plus passionnants du moment, le très esthète Mexicain Julián Hernández, titulaire de deux Teddy Awards et qui sait mieux que personne magnifier les corps masculins dans de fastueux poèmes visuels aux limites de l’abstraction. Parmi cette sélection, on retiendra en particulier ce ballet de la séduction et du plaisir qu’est Bramadero, auquel répond en écho Young Boys on the Rooftop. Deux autres cinéastes complètent ce programme : Roberto Fiesco (un autre Mexicain) dont le magnifique Tremulo nous entraîne chez un barbier à la suite d’un très sexy soldat et Antony Hickling qui signe, avec PD, une merveilleuse et bucolique rêverie que traversent des jeunes gens sculpturaux et nus bercés par des poèmes de Shakespeare.

Par-courts gay, volume 5 (en DVD chez Optimale)

Ouvriers, flics, marins et mauvais garçons

the little book of tom of finland editions taschen dian hanson cops and robbers Plus c’est longPlus c’est long, plus c’est bon ? Peut-être, allons, long et large, si on en croit les dessins de Tom of Finland qui ont formé et accompagné la montée du désir chez nombre d’entre nous. Trois petits volumes à tout petit prix permettent de se délecter une fois de plus de cet univers fantasmatique, en découpant l’œuvre du maître finlandais en tranches thématiques : l’un est consacré à sa fascination pour les ouvriers, un autre aux flics et aux mauvais garçons, un troisième aux marins. Planches fulgurantes, BD ultra-courtes, peintures étonnantes… L’art de Tom est aussi un art de la concision, même dans la démesure des culs, des bites et des abdos de ses personnages.

The Little Book of Tom of Finland, trois volumes (éditions Taschen)

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Entretien avec Fabrice, Mister Leather France 2016 - Heteroclite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.