Pour le Nouvel An, le timide saumon un peu rondouillard a su écouter son moi profond et entre en scène totalement traveloté dans une étoffe sulfurisée aux motifs chamarrés et coiffé de plumes anisées. Inutile de vous ruiner avec un menu-spectacle à 145€ : ce soir, c’est le 31 chez Michou dans votre salon grâce au saumon travlax.

Shopping list :

(Hélas, la fraîcheur irréprochable requise pour le saumon vous condamnera à vous coltiner les satanées «courses de dernière minute».)
– 500g de saumon frais
– du papier sulfurisé
– 60g de gros sel
– 30g de sucre roux
– 3 bouquets d’aneth
– 1 cuillère à café de graines de poivre noir
– 1 cuillère à soupe de graines de coriandre
– 1 cuillère à soupe de graines d’anis vert
– 1 cuillère à soupe de graines de baies roses
– 250cl de crème fleurette très froide (facultatif)

 

Travelotage (12h avant le show) :

Evidemment, vous n’avez ni costume satiné ni lunettes bleues, mais vous savez coiffer vos cheveux peroxydés en arrière, vous tartiner d’autobronzant et surtout torréfier les épices (coriandre, anis, baies roses, poivre). Dans une poêle à sec, faîtes-les dorer pendant 3 mn afin de faire ressortir leur arôme. Concassez-les ensuite dans un mortier avec un pilon jusqu’à l’obtention d’un mélange sableux, avant de les mélanger au sel et au sucre. Si cela n’a pas déjà été fait à la poissonnerie (lorsque vous toisiez le carré Hermès qui dévalisa le stock de homards et langoustines), ôtez la peau et les arêtes de votre morceau de saumon. Le filet doit être entier mais totalement dénudé avant travestissement.

Tapissez un plat de papier sulfurisé, répandez la moitié de votre sable au fond, ajoutez un bouquet d’aneth, déposez le saumon. Ornez-le d’un élégant et discret postiche avec les dernières branches d’aneth, sur-accessoirisez-le du reste du mélange et fermez votre papillote de papier sulfu. Pressez bien et assurez-vous que le saumon est totalement paré. Laissez ensuite mariner 10 à 12h au frigo.

 

Retour en loge :

Déshabillez totalement le coquin de ses atours les plus sobres, démaquillez-le sous l’eau afin d’enlever toute trace de sel, puis essuyez-le avec du papier absorbant. Découpez ensuite des tranches de l’épaisseur désirée.

 

Mise en scène :

Servez-le avec des blinis ou du pain grillé, arrosez-le d’un filet de citron. Libre à vous de réaliser une chantilly à l’aneth (crème fleurette très froide, aneth ciselée, sel, poivre, le tout monté au batteur) qui servira de condiment.

 

Sous le gui :

chez-michou-cabaret

Un shooter de vodka devrait vous désinhiber et vous permettra d’assumer sans crainte votre album Best Of de Régine, qui accompagnera avec sobriété la dégustation. La connasse au carré Hermès ayant acheté les dernières bourriches d’huîtres, nulle crainte de vous couper les poignets en les ouvrant et de faire gonfler trivialement les statistiques des accidents domestiques du 31. Prenez garde toutefois, dans la frénésie de la night, à ne pas laisser traîner votre boa trop près des candélabres.

 

À voir :

mauvais-genre-sebastien-lifshitz-galerie-point-du-jourAvec l’argent économisé chez Michou, vous pouvez prendre des billets Prem’s pour aller voir l’expo Mauvais Genre de Sébastien Lifshitz (jusqu’au 17 décembre à la Galerie du Jour, 44 rue Quincampoix-Paris 4). Réalisateur du documentaire Les Invisibles et plus récemment de Les Vies de Thérèse, le cinéaste propose 200 photographies témoignant de l’histoire des travestis, véritable mémoire d’une transgression libertaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.