Pour son dernier roman, Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson renonce à la fiction et opte pour le récit autobiographique d’un amour d’adolescence.

arrête avec tes mensongesIl est difficile de démêler les émotions qui nous gagnent – colère, tristesse, amertume, sentiment d’un immense gâchis – lorsqu’on termine Arrête avec tes mensonges, le dernier roman de Philippe Besson. Non pas à cause du livre lui-même, mais de ce qu’il révèle sur la violence sourde d’une époque, d’une société qui brise des êtres pour ce qu’ils sont.

Dans cet ouvrage, l’écrivain renonce à la fiction et opte pour le récit autobiographique. Les lecteurs de Philippe Besson y découvriront l’origine de nombreux thèmes développés dans ses précédentes œuvres. Comme il est dit à Philippe, le personnage principal homonyme et double de l’écrivain : «j’ai eu l’impression qu’ils étaient comme les pièces d’un puzzle, vos romans. Il suffisait d’assembler et ça formait une image compréhensible».

Amours secrètes

Tout commence en 1984 dans la cour d’un lycée de province. On écoute Wham et Jeanne Mas, on pourrait presque imaginer Joëlle Mazart qui accueille les élèves pendant sa Pause-Café. Durant cette année du bac, Thomas et Philippe vont s’aimer. Secrètement. Simplement mais sincèrement. Une fois le bac en poche, l’été les sépare. Philippe devient un écrivain à succès, Thomas reprend la ferme parentale, se marie, découvre la paternité. Ce n’est que des années plus tard que Philippe et Lucas, le fils de Thomas, se rencontrent. Lucas connaît Philippe car ses livres sont les seuls que lit son père. Et le fils comprend alors le secret de ce père qui ne sourit jamais. À travers ses romans, Philippe envoyait des signaux à Thomas, qu’il n’a jamais oublié. Et Lucas fournit la réponse à la question que se pose le romancier : Thomas non plus n’a jamais oublié Philippe.

Arrête avec tes mensonges raconte donc une histoire d’amour toute simple mais qui ne peut aller au bout d’elle-même. La raison ? L’impossibilité de vivre pleinement son homosexualité quand la pression sociale se fait trop pesante. Ce roman n’est pas une injonction au coming-out, juste le témoignage pudique et bouleversant de la détresse de ceux qui ne peuvent vivre ce qu’ils sont dans leur chair et leurs sentiments.

 

Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson (éditions Julliard)

 

Photo © Maxime Reychman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *