Le premier long-métrage de Jérôme Reybaud, Jours de France, parle autant de la passion amoureuse que de la solitude qu’elle peut provoquer. Et propose un road-movie à travers la France pas comme les autres.

À l’aube, Pierre, le héros de Jours de France, quitte son compagnon Paul et son logement parisien pour partir sur les routes de France. Il souhaite fuir sa vie bien rangée, échapper à son quotidien réglé comme du papier à musique, tourner le dos à une vie terne et insipide. Il aspire à embrasser la liberté, à profiter pleinement de chaque moment et à laisser le hasard le guider. Au volant de son Alfa Roméo, il se lance dans une double quête, à la recherche de son identité mais aussi de rencontres sexuelles via Grindr ou au hasard des occasions qu’offre la route. Le personnage est incarné par Pascal Cervi, tantôt gendre parfait, tantôt antipathique.

Inopinées ou provoquées, les rencontres de Pierre ne nous apprennent pas grand-chose sur lui, nous laissant déstabilisé et dans l’incapacité de cerner l’homme. Néanmoins, elles ont un goût particulier : ainsi le jeune Matthieu, fasciné par Paris, plutôt candide et naïf, se révèle au final plus érudit qu’il ne paraît de prime abord. Chaque personnage apparaît puis disparaît sans nous en dire davantage ni sur lui-même ni sur Pierre. Notre seule certitude reste la quête de rencontres de ce dernier, sa recherche de soi, son besoin de se retrouver et de se redéfinir. Pierre est un héros ordinaire au destin singulier au quel on peut s’identifier.

Un film porté par ses interprètes et ses dialogues

De son côté, Paul, éperdument amoureux de Pierre, part à sa recherche via Grindr. Il va loger quelques jours dans un petit hôtel pour établir une carte des utilisateurs de la célèbre application de rencontres gays afin de retrouver son compagnon. Il va être aidé dans ses recherches par un autre utilisateur de Grindr. Au terme de quatre jours et quatre nuits de rencontres – sexuelles ou non –, Pierre et Paul parviendront-ils à se retrouver ?

Jours de France propose une réflexion sur l’identité, une découverte des régions de France et un témoignage du fossé entre la province et Paris. À travers ce film, chacun-e peut s’interroger sur le fantasme de tout plaquer, d’aller vers l’inconnu, de vivre le moment présent sans se soucier du lendemain.

La mise en scène de Jérôme Reybaud est simple mais les dialogues sont très écrits, littéraires et pleins de profondeur. Les deux acteurs principaux, Pascal Cervi et Arthur Iqual, sont accompagnés de partenaires talentueux tels que Fabienne Barben, Laetitia Dosch, Nathalie Richard…dont le jeu nous rappelle à certains moments le cinéma de la Nouvelle Vague. Dommage toutefois que ce film de 2h20 manque parfois cruellement de rythme…

 

Sortie en DVD mardi 5 septembre 2017 chez KMBO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *