Un coup de foudre par-dessus une crème glacée. C’est ainsi que tout commence, dès ce premier regard, entre les deux héroïnes de Awol.

Il y a Joey, jeune fille aux allures de garçon manqué, habile en mécanique comme à la guitare, et il y a la sexy Rayna, épouse et mère de famille. Tout les sépare. La première assume sans souci son homosexualité quand l’autre se l’avoue à peine. Joey rêve de partir de sa petite ville économiquement sinistrée, tandis que Rayna semble incapable de s’extirper de ce lieu et des subsides de sa famille. Et pourtant, il se passe quelque chose entre elles, quelque chose de charnel et de profond… Awol est une romance, mais pas une bluette. C’est dû à la sûreté du regard de la réalisatrice, à l’ancrage social de cette histoire et à la grâce des deux comédiennes. Un film plein de charme.

 

Awol de Deb Shoval, dimanche 11 mars à 17h45 au Lumière Bellecour, 12 rue de la Barre-Lyon 2 / 04.78.84.67.14

 

Festival Écrans Mixtes, du 7 au 15 mars à Lyon / www.festival-em.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.