La sortie en DVD du biopic consacré au dessinateur Tom of Finland et la réédition du « Dictionnaire des homosexuel-le-s célèbres » de Michel Larivière participent tous deux à réactiver des pans importants de la mémoire gay et lesbienne.

Cette impression, souvent, toujours (?), de revenir au même point, sur les mêmes points, de redire, de répéter, comme si c’était obsessionnel. Mais ce n’est pas cela – ça l’est sans doute un peu cependant –, pas uniquement cela, disons. L’histoire. Notre histoire. La mémoire. La réactivation nécessaire de cette mémoire, parce qu’il n’y a pas de présent sans passé, sans connaissance du passé et de celles et ceux qui, en le construisant, nous ont construits. Alors voilà, cette fois encore, ce sera cela, la résurrection de femmes et d’hommes célèbres en leur temps et un peu oublié·es, à tort, ô combien.

D’un côté un homme seul qui a, et ce n’est pas exagérer de le dire, littéralement inventé la fantasmatique pédée du siècle dernier. De l’autre, une cohorte de reines, de généraux, d’artistes, à qui l’histoire officielle a si souvent dénié le droit d’être, aux yeux de tous, ce qu’ils étaient, et qu’il est plus que temps de rétablir dans leur vérité.

Rappeler l’importance des LGBT

On peut sans mal faire le lien entre les deux, dire que Tom of Finland, le héros du biopic de Dome Karukoski, se retrouve évidemment dans le dictionnaire de Michel Larivière, cette reprise d’un ouvrage publié il y a une vingtaine d’années, enrichi cette fois par l’entrée des lesbiennes célèbres dans son corpus jusque-là purement masculin. La force du livre de Larivière, c’est le nombre, c’est de donner à voir, à percevoir l’importance permanente des LGBT (on pardonnera cet anachronisme) dans l’histoire du monde, dans toutes les strates de la gloire et de la puissance (le pouvoir, la guerre, la création…). C’est tout sauf anodin tant, de manuels officiels en discours politiques ici et ailleurs, d’aucuns ne cessent de vouloir nous gommer, nous effacer, comme on a si longtemps cherché à éradiquer nos désirs.

C’est là que Tom of Finland apparaît et c’est ce que raconte le film qui lui est consacré : comment un mec solitaire dans un pays paumé (la Finlande) a donné corps avec ses dessins aux plus universels des fantasmes gays : des images désinhibées qui ont accompagné, porté et célébré même, notre libération. C’est dire leur importance.

 

Tom of Finland de Dome Karukoski (en DVD chez ESC Distribution)

Dictionnaire historique des homosexuel-le-s célèbres de Michel Larivière (éditions La Musardine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.