Pour sa première édition, le Grenoble Pride Festival se déroulera sur une quinzaine de jours, du 26 mai au 9 juin. Il proposera de nombreux événements, dont une soirée de clôture où le queer sera à l’honneur.

C’est en 2005 que se déroule pour la première fois à Grenoble «une petite Marche des Fiertés, sans chars», nous explique Léo Gatellier, président de l’association organisatrice Grenoble Fiertés. «Les années suivantes, le rendez-vous n’a pas eu lieu de manière régulière». Pour les vingt ans du Centre LGBTI de Grenoble, en 2014, la Marche est relancée, cette fois de façon plus importante et avec la volonté renforcée d’obtenir un certain retentissement. Son expansion est alors lancée : en 2015 a lieu la première édition de la Semaine des Fiertés, qui deviendra le Grenoble Pride Festival. Elle se déroule sur plusieurs jours et ne se limite plus à la seule parade. Expositions, projections ou encore partenariats associatifs sont proposés pour alimenter la Marche et pour que festivités, convivialité et militantisme puissent s’épanouir.

Marche des Fiertés Grenoble 2017 1 crédit Yannick Picconatto - Centre LGBTI de Grenoble

Cette année, la Semaine des Fiertés est devenue le Grenoble Pride Festival, ce qui traduit bien l’importance grandissante de ce rendez-vous. Le festival s’étale maintenant sur une quinzaine de jours et débutera cette année samedi 26 mai avec, au programme de cette journée, un Village associatif dans le Jardin de Ville et une Marche des Fiertés. La soirée de clôture, intitulée Queer Club!, où se mêleront shows de drags et Dj-sets, se tiendra quant à elle samedi 9 juin.

Une programmation riche et des revendications politiques fortes

Le festival n’a pas hésité, pour cette édition 2018, à faire appel à un collectif parisien reconnu, Mon cul est une autoroute du soleil, qui commence à essaimer dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce collectif se chargera d’aider à la programmation et au bon déroulement de la soirée de clôture. Une randonnée, une projection de film, une session de slam ou encore un tango queer seront également proposés, parmi d’autres animations.

Marche des Fiertés Grenoble 2017 village associatif crédit Yannick Picconatto - Centre LGBTI de Grenoble

Si le Grenoble Pride Festival se veut un moment joyeux et d’une bonne humeur contagieuse, les revendications politiques ne sont pas pour autant oubliées. Cette année, l’ouverture de la PMA aux lesbiennes, la facilitation du changement d’état-civil pour les personnes trans ou encore la lutte contre la loi «Asile et Immigration», qui précarise les réfugié·es LGBTI, seront quelques-uns des enjeux importants. Cette approche militante se reflète d’ailleurs dans le mot d’ordre du festival : «Nos vies comptent. Nos avis aussi !». De quoi allier intelligemment la fête et la lutte.

 

Grenoble Pride Festival, du 26 mai au 9 juin

 

Photos : Marche des Fiertés LGBT de Grenoble, samedi 3 juin 2017 © Yannick Picconatto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.