Le 19 juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé son projet de supprimer la mention « transsexualité » des troubles mentaux dans la onzième édition de sa Classification Internationale des Maladies (la CIM-11). Ce terme sera remplacé par l’expression “non-cohérence de genre”, figurant à la section “affections relatives à la santé mentale”.

Ce changement de classification de la « transsexualité » est salué par l’Association Nationale Transgenre (ANT) – qui était intégrée aux travaux de l’OMS – comme «la fin de la psychiatrisation de la transidentité», même si l’association rappelle «la maltraitance médicale [toujours d’actualité dans le] système de santé français». D’autres associations, à l’instar de Chrysalide (Lyon), tout en saluant «cette avancée», dénoncent une exclusion des personnes non-binaires et le maintien d’un diagnostic différentiel (plutôt que l’autodétermination des personnes trans). L’ANT appelle donc à continuer à faire pression sur l’OMS, la CIM-11 devant encore être votée par les pays membres en mai 2019 et n’entrant en application que le 1er janvier 2022.

 

Photo © Martin Colombet pour Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.