À quoi ça sert de se retourner, d’user du rétroviseur, de se pencher sur les traces éparses laissées dans le sable ou la poussière ou le sang ? On est toujours un peu suspect de chercher ainsi à se remémorer, à ne pas vouloir laisser filer le passé, à s’acharner à en reconstituer la défaillante mémoire. La crainte d’une bien peu féconde nostalgie, celle du si cacochyme “c’était mieux avant”, celle d’un enfermement dans un hier qui empêcherait demain.

 

Il n’y a rien de tout cela dans la concomitante actualité éditoriale qui permet de revisiter l’histoire, ou plutôt certains épisodes et aspects particuliers de cette histoire, des homosexuel·les et des mouvements homos depuis la fin du XIXe siècle. Car c’est un bien signifiant hasard qui met côte à côte en ce début d’hiver sur les tables des librairies l’extraordinaire travail orchestré par Antoine Idier avec LGBT+, archives des mouvements LGBT+, et par les jeunes éditions Tempête avec la réédition de Race d’ép !, Un siècle d’images de l’homosexualité, ouvrage magistral publié pour la première fois en 1979 et signé Guy Hocquenghem, le même Hocquenghem dont Antoine Idier avait écrit l’an dernier une passionnante biographie

Cette boucle bouclée dit bien la parenté unissant les deux livres, et qui se retrouve aussi bien dans la forme — des ouvrages, superbes, où des images surgies du passé font pendant aux textes pour retracer ce long siècle d’histoire et de culture LGBT+ — que dans cette affirmation d’Hocquenghem reprise par Idier dans son propos liminaire : « L’histoire homosexuelle n’existe pas avant, et elle disparaît dès qu’il n’y a plus de pédés pour la dire.»

 

Ces deux livres tentent de conjurer cela : ce trou béant des mémoires gay, lesbiennes et trans dès lors que nous ne les écrivons pas nous-mêmes, que nous n’en conservons et retranscrivons pas nous-mêmes les éclats — photos, journaux, tracts, œuvres, récits, témoignages… Ce sont deux ouvrages fondamentaux que ceux-ci. L’un déjà historique. L’autre le devenant immédiatement, tant il brasse de débats actuels (la place et le rôle des archives minoritaires) et de contributions multiples (une vingtaine de militant·es et de chercheur·euses y prennent la parole) pour rappeler combien cette histoire est constitutive de ce que nous sommes, et porteuse de réflexions et d’enseignements pour l’avenir.

 

Antoine Idier Archives mouvement LGBTIAntoine Idier, Archives des mouvements LGBT+, Une histoire des luttes de 1890 à nos jours (Textuel).
Présentation publique de l’ouvrage à la bibliothèque du Centre LGBTI de Lyon mercredi 14 novembre à 20h. 

 

 

 

 

Antoine Idier Guy HocquenghemGuy Hocquenghem, Race d’ép !, Un siècle d’images de l’homosexualité (Tempête).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.